Votu puissance 4

  • Votu puissance 4
    Votu puissance 4
Publié le , mis à jour

Auteur de quatre essais en trois matchs, Watisoni Votu fait partie des hommes en forme du début de saison. L’ailier fidjien pèse de tout son poids dans le collectif béarnais.

Watisoni Votu a déjà marqué quatre fois cette année. Deux doublés, lors des deux matchs à domicile disputés contre Lyon et Castres, qui représentent plus d’un tiers des essais de la Section cette saison (onze). Le Fidjien de 33 ans, qui a franchi quatre fois et battu quatre défenseurs, se révèle aussi indispensable que prévu en ce début d’exercice. Déjà meilleur marqueur du club l’an passé (et deuxième meilleur marqueur du Top 14 derrière le Parisien Waisea) et joueur le plus utilisé par le staff (1 925 minutes toutes compétitions confondues), l’ancien Perpignanais confirme être un homme clé du collectif béarnais. Et pas seulement sur le plan sportif. Frédéric Manca, l’entraîneur des arrières de la Section paloise, explique : « C’est un peu le chef, si l’on peut dire, des Fidjiens du club. C’est une communauté qui vit loin de chez elle, alors les joueurs ont besoin de se retrouver souvent. Il est le plus âgé et fait office de papa pour eux. » Son aura ne s’arrête pas là, cependant. Manca reprend : « C’est quelqu’un d’important pour tout le groupe parce qu’il amène une envie, une vraie joie de jouer. C’est ce qui marque en premier chez lui. » Un état d’esprit extrêmement positif confirmé par son ancien coach à Perpignan, Patrick Arlettaz : « Au-delà d’être très à l’écoute, il est toujours de bonne humeur. Il a bien saisi la chance qui était la sienne de jouer en France et de vivre de sa passion. »

Assez « introverti, à l’image de la plupart des Fidjiens » selon son ancien coach, Watisoni Votu est un garçon discret. Ce n’est ni le plus bavard, ni le plus exubérant. Loin de là. Parce qu’il ne parle pas français et assez peu anglais, il s’exprime plus sur le terrain que dans les vestiaires. Et il s’affirme comme l’un des tout meilleurs joueurs du rugby français, qu’il fréquente depuis cinq saisons maintenant. Débarqué d’Exeter en 2013-2014, l’ailier avait passé deux saisons à l’Usap avant de rejoindre Pau, en 2015-2016. Avant cela ? Il portait les couleurs de Lautoka, après une courte expérience chez les treizistes australiens des Newcastle Knights. Après, surtout, avoir joué dans le club de son village jusqu’à 19 ans. International à VII de 2011 à 2013, il avait été repéré par Simon Mannix cette même année quand, coach du Munster, il avait été séduit par ses qualités lors d’un match de H Cup face à Perpignan.

Toujours dans l’avancée

Un peu plus discret lors de sa première année à la Section, il n’avait pas encore affolé les compteurs. Et pour cause : « Nous l’utilisions beaucoup au centre alors il avait moins l’occasion de finir, livre Frédéric Manca. Il créait le désordre au milieu du terrain et les autres étaient à la conclusion. Depuis deux ans, nous l’avons repositionné à l’aile compte tenu des joueurs arrivés au centre depuis. C’est un poste qui lui convient mieux. »

Au-delà de sa puissance (il mesure 1,87 m et pèse 95 kg), le Fidjien est surtout précieux pour sa « capacité à mettre tout le monde dans l’avancée, analyse Patrick Arlettaz. Il a une vraie intelligence du rugby, combinée à un vrai physique. Si le reste de l’équipe balbutie, il est capable, sur un deux contre un, de se mettre dans l’intervalle pour franchir et initier l’un de ces mouvements intéressants que sait produire Pau. » Manca confirme : « Plus qu’un gros porteur de balle, c’est un joueur capable de voir les espaces et de faire jouer les autres derrière lui. Cette capacité à voir le jeu et à lever la tête en fait l’un des joueurs les plus dangereux du Top 14. » Cela n’aura sûrement pas échappé aux Parisiens qui doivent bien regretter que le staff ait décidé de le mettre au repos à Agen la semaine passée pour lui offrir sa quatrième titularisation de la saison samedi.

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?