• Béziers réussit le coup parfait
    Béziers réussit le coup parfait
Publié le / Modifié le
Pro D2

Béziers réussit le coup parfait

En s’imposant à Nevers, Béziers a réussi le coup parfait. D’autant que, dans le temps additionnel, les Héraultais ont arraché le bonus offensif et privé les Nivernais du défensif.

Le résumé

Dans un stade du Pré-Fleuri rempli de 6.387 spectateurs, les visiteurs de Béziers ont vite plombé l’ambiance, pour carrément éteindre la lumière sur la sirène. En ouvrant le score sur un essai du deuxième ligne Benjamin Desroche, à la conclusion d’une fulgurance du demi de mêlée Julien Blanc, les Héraultais prouvèrent qu’ils avaient bien préparé leur affaire et que leur succès contre Perpignan ne devait rien au hasard. Le pied précis de l’arrière local Loïc Le Gal (4/4) donna bien l’avantage aux Bourguignons à la pause (6-5) mais cette mince avance ne rassurait personne. Plus incisifs dans le combat et un peu moins maladroits, les Neversois dominèrent la reprise, poussant même leurs adversaires à la faute, et l’arbitre à exclure temporairement le capitaine François Ramoneda. Leur supériorité numérique ne fut pas mise à profit par les troupes de Coenraad Basson et, à autant dans chaque camp, Béziers alla à nouveau derrière la ligne, grâce à son maître à jouer Thibauld Suchier. Le Gal égalisa à dix minutes du terme, donnant au tableau d’affichage un équilibre dont se seraient volontiers contentés les élèves de Xavier Péméja. Le partage des points était encore d’actualité lorsque les deux formations entamèrent le temps additionnel. Une échappée de Josuha Valentine en décida autrement. Roméo Ballu planta victorieusement le ballon du bonus offensif et, pour assommer un peu plus les joueurs de Nevers, Suchier, du bord de touche, claqua la transformation privant les Azur et Or du point de bonus défensif.

Le fait du match : incroyable scénario

On joue la 77e minute. Les deux équipes sont à égalité, 12-12, le pied de Le Gal ayant répondu aux deux essais (dont un transformé) des Biterrois. Vu la physionomie de la rencontre, Nevers ne peut guère espérer mieux. Béziers, lui, va profiter d’un en-avant entre Jason Fraser et Jean-Baptiste Bruzulier, au sortir d’une mêlée pourtant maîtrisée par les locaux, pour camper une dernière fois chez ces derniers. Longtemps. Monopolisant le cuir, les hommes de David Aucagne et David Gérard obtiennent une mêlée à 22 mètres et en face des poteaux neversois. On pense au drop de Thibauld Suchier, mais le demi de mêlée remplaçant Joshua Valentine y va de son tour de magie. Il piège la défense nivernaise et le cuir vole jusqu’à l’ailier Roméo Ballu qui crucifie les Bourguignons. Suchier, enlève même le point de bonus défensif à ceux-ci, en transformant en coin, comme s’il avait planté un clou supplémentaire dans la croix des Neversois.

L’homme du match : Roméo Ballu

Interrogé en conférence d’après-match sur le nombre de ballons qu’il avait touché au cours de ladite rencontre, le Biterrois Roméo Ballu ne chercha pas longtemps pour répondre : « Deux ! » Avec un total de munitions aussi famélique, l’ailier gauche héraultais a tout de même réussi à provoquer des effusions de joie sur le banc des Méditerranéens et dans le coin de tribunes où s’étaient époumonés les supporters venus de cette terre historique de rugby. L’ouvreur Thibauld Suchier fut probablement le meilleur de son équipe mais l’incroyable aventure de Roméo méritait d’être contée. 

 Les meilleurs

A Nevers : Le Gal, Bolakoro, Bruzulier, Quercy, Vallejos.

A Béziers : Douglas, Max, Suchier, Blanc, Valentine, Ramoneda, Bourdeau, Best, Fernandes, Manukula.

Par Antoine Deschamps

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir