Grenoble n’a pas tremblé

  • Grenoble n’a pas tremblé
    Grenoble n’a pas tremblé
Publié le / Mis à jour le

Malmenés en première période par des Biarrots bien organisés, les Isérois ont su appuyer sur l’accélérateur au retour des vestiaires pour s’assurer une victoire plutôt maîtrisée (39-28).

LE MATCH

S’ils avaient considérablement fait tourner leur effectif (notamment au niveau de la fameuse « colonne vertébrale » 2-8-9-10-15), les Biarrots n’en avaient pas moins méticuleusement préparé leur déplacement chez le leader. On en veut pour preuve une première mi-temps parfaitement maîtrisée par les Basques, dont la conquête et la défense tuèrent dans l’œuf presque toutes les initiatives du FCG, obligé de se contenter d’une séquence de pilonnage conclue par Héguy dès l’entame, puis d’un éclair de Visinia. Toutefois, c’étaient bien les Basques qui tournaient en tête à la pause (14-12) et ne devaient qu’à une interception de Visinia de perdre le contrôle du score au retour des vestiaires. Les Grenoblois accroissant leur avance après un choix osé de leur capitaine, préférant à raison la pénaltouche aux trois points (56e). Et si les Basques parvinrent à réduire le score grâce à un tour de passe-passe de Guiry pendant l’exclusion de Gimenez (alors que les Isérois se trouvaient eux aussi à un de moins, Taufa gravement touché gisant sur la pelouse…), leur espoir de bonus défensif fut rapidement douché par la réalisation de Hunt sur une jolie inspiration de Mélé (76e). Le FCG échouant dans les dernières secondes à récolter un bonus offensif qui aurait, pour tout dire, été bien payé.

LE TOURNANT

Le coup était passé près à plusieurs reprises en première période. Et le couperet tomba finalement à la 43e… On veut parler, bien sur, de l’interception de Lolagi Visinia sur l’ouvreur biarrot Fabien Fortassin. Laquelle permit non seulement aux Isérois de se tirer d’un temps faible, mais surtout de reprendre l’avantage au score (19-14) par l’intermédiaire de Hans Nkinsi, au bout d’un contre bien mené par les Isérois qui vit Mélé alerter intelligemment Dussartre d’une diagonale au pied, dans l’angle mort. Une action qui coupa d’autant plus les pattes du BOPB qu’elle fut immédiatement suivie d’une pénalité manquée par Fortassin qui ne lui permit pas de recoller immédiatement au score. Le mal était fait...

L’ACTION

Dans une rencontre pauvre en séquences longues et en temps de jeu effectif, mieux valait se montrer efficace sur ses lancements de jeu. C’est précisément ce à quoi le FCG est parvenu à la 20e minute où, après un ballon porté efficace et un temps de jeu supplémentaire des avants, les trois-quarts isérois ont trouvé la solution. Laquelle se matérialisa par un bon travail en leurre des centres grenoblois Hunt et Dussartre, qui permit à Clément Gelin se servir dans leur dos Lolagi Visinia, accouru depuis son aile. Un crochet intérieur plus tard, l’ailier néo-zélandais crucifiait son vis-à-vis Bungaroo pour marquer au milieu des poteaux.

LE JOUEUR

Certes, on aurait pu citer un des vainqueurs : Arnaud Héguy auteur de deux essais, David Mélé précis face aux poteaux, Lolagi Visinia par deux fois décisif… Et pourtant, c’est un perdant qu’on souhaite ici mettre à l’honneur. Car, malgré une équipe profondément remaniée, le capitaine biarrot Alban Placines a fait bien plus que montrer l’exemple à ses coéquipiers, qu’il n’a cessé de placer dans l’avancée. D’abord par le biais de ses charges ballon en main, qui ont constamment mis les avants isérois sur le reculoir, au point d’inscrire un essai en solitaire à la 63e. Mais surtout dans son jeu sans le ballon, qui l’a vu briller par son sens de la lecture dans le contre en touche aussi bien qu’en défense et dans le jeu au sol, où Placines a récupéré de précieuses munitions.

Par Nicolas ZANARDI

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir