Pachys dans le cœur

Pachys d’Herm - Désormais membres à part entière de l’USD, les Landaises d’Herm voit le rugby sous un nouveau jour.

Pour ce qu’elles ont représenté dans le paysage du rugby féminin (sept titres de championnes de France dont cinq en Élite, 37 internationales), les Hermoises méritent une certaine considération que leur théâtre local d’opération, trop étroit, ne leur permettait pas d’obtenir. Le développement de grosses structures aujourd’hui adossées à des associations de clubs pros les a rattrapées. Pour que les Pachys d’Herm ne soient pas définitivement reléguées en seconde zone, il restait l’espoir, presque un rêve, que les voisins de l’US Dax leur ouvrent enfin leur porte. Le chemin a été long, onze années, jusqu’à cette décision historique qui soulage Jean-Pierre Lafitte le responsable inamovible du rugby féminin. « Avec l’association US Dax que préside François Gachet, il s’agit d’une véritable fusion. L’association va gérer toute la partie administrative et financière. Sur Herm nous n’avions pas de local, cela devenait très lourd pour les bénévoles. Le recul de l’élite à la Fédérale 2 n’a pas été le fruit du hasard, ça devenait extrêmement difficile d’emmener les cadettes du lycée Borda de Dax à Herm. Les joueuses sont maintenant sur la plaine des sports Colette Besson, des infrastructures remarquables dont bénéficient les pros. L’objectif est d’impulser un nouvel élan. » ///////

Écrire une nouvelle page

Il faudra un peu de temps pour que la machine atteigne son rythme de croisière, mais un espoir s’est levé. La cadette Angélique Lagrolet a grandi depuis son arrivée à Herm en 2009. Devenue l’une des fers de lance de la structure féminine, elle ressent le nouveau souffle qui porte ses coéquipières : « « L’apport de l’USD est très important, sur le plan logistique c’est un soulagement et nous pouvons davantage penser à ce que nous avons à faire sur le terrain. Nos coachs aussi, Laurent Séguéla et Olivier Lhande s’y retrouvent. Nous, les joueuses, nous essayons de redynamiser notre section, de relancer l’amicale des joueuses. Nous voulons nous aussi nous investir. Du sang neuf arrive et j’ai à cœur de transmettre à celles qui nous rejoignent. Il y a un fort attachement au club, cela m’a apporté beaucoup de belles choses sur le plan humain. La fusion nous a fait bizarre mais on se sent Pachys dans le cœur. Toute l’histoire avant nous ne sera pas effacée, les pionniers ont eu beaucoup de mérite. Nous voulons seulement écrire une nouvelle page et on se donne les moyens. Nous ne devons pas avoir peur d’affirmer notre ambition de retrouver l’élite. » Les Pachy’s sont en reconquête.

Gérald Piffeteau

 

(Crédit photo : Facebook Pachys US Dax Rugby Féminin)