Nevers évite le piège

  • Nevers évite le piège
    Nevers évite le piège
Publié le / Mis à jour le

Les Neversois ont évité le piège tendu par des Carcassonnais venus dans la Nièvre bien décidés à étouffer les offensives locales. Mais dans cet affrontement très rugueux, les Nivernais ne se sont pas échappés et l'ont emporté 22-12.

Les Neversois ont évité les ronces dans lesquelles voulaient les pousser les Carcassonnais. Cet âpre combat qui a tenu en haleine les 7 072 spectateurs du Pré-Fleuri avait bien débuté pour les Bourguignons. Dans le sillage d’un Mathieu Bélie plaqueur puis clairvoyant, les Jaunets semblaient partis pour imposer leur loi à des Audois trop indisciplinés. Ce fut d’ailleurs dès la première infériorité numérique des visiteurs que Fred Quercy se trouva à la conclusion d’un mouvement initié par le funambule Josaïa Raïsuque et prolongé par un renversement collectif. Les débats s’équilibrèrent pourtant même si une magnifique relance de Loïc Le Gal, depuis son en-but, faillit porter les Nivernais jusqu’en terre promise. Menant 13-3 à la pause, les locaux manquèrent leur entame de deuxième période et leurs adversaires en profitèrent pour se rapprocher à 13-9 puis 16-12. Après le coup de théâtre de la 64e minute qui vit Coenraad Basson être expulsé, les troupes du trio Péméja-Jan-Fouassier se serrèrent les coudes. Grâce à une mêlée dominatrice et des Carcassonnais accumulant les fautes, les Azur et Or sortirent leurs rivaux du bonus défensif, le pied de Le Gal, à 100 % sur cette rencontre, concrétisant la volonté de ses coéquipiers.

 

Le fait du match : six cartons !

Il fallait être équipé et courageux pour relever le défi proposé par Carcassonne. Cédric Marchat, au sifflet, sanctionna ainsi les deux camps, dont les débordements nécessitèrent quelques mises au vert. Kevin Gimeno ouvrit le bal après un plaquage fauchant sur Jean-Philippe Genevois. Les piliers Max Curie et Giorgi Natsarashvili, échangeant une soupe de phalanges, furent priés d’aller se calmer dix minutes, comme, par la suite, Senio Toleafo pour un plaquage dangereux. Mais le pire se produisit à la 64e’. Entré à la place dudit Toleafoa… à peine une minute plus tôt, Coenraad Basson écopa d’un carton rouge pour s’être vengé sur Andrei Ursache, auteur d’un mauvais geste. Le deuxième ligne neversois garda, heureusement, ses nerfs en quittant le terrain face à la piteuse provocation d’un soigneur carcassonnais. Mais le mal était fait.

 

L’homme du match : Loïc Le Gal

Pas facile, dans ces conditions, de tirer son épingle du jeu pour un sociétaire des lignes arrière. Le numéro 15 neversois Loïc Le Gal servit pourtant à nouveau une prestation de grande qualité. Sans faille dans ses tirs au but (une transformation et cinq pénalités sur autant de tentatives), l’ex-Albigeois fut également très sûr sous les chandelles et efficace dans ses initiatives. Sa relance de 50 mètres après la pénalité manquée par Antoine Lescalmel, à la 31e minute, fut un modèle du genre.

 

Les meilleurs

A Nevers : Le Gal, Raïsuque, Bélie, Fraser, Fabrègue, Quercy, Bradshaw, Curie, Roelofse.

A Carcassonne : Anon, Tuilagi, Natsarashvili.

 

Par Antoine Deschamps

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir