Dax ou la victoire de la raison

  • Dax ou la victoire de la raison
    Dax ou la victoire de la raison
Publié le / Mis à jour le

Contrés dans leurs ambitions de jeu, les Dacquois ont su changer de stratégie pour assurer la victoire 20-9.

Les entames des dacquois se suivent et se ressemblent. Dès la 3ième minute, à la suite d’un maul dominateur consécutif à une touche, les Dacquois écartent le ballon et envoient l’ailier fidjien Bureitakiyaca à l’essai. Transformé par l’ouvreur Berchesi, cet essai illustre le bon démarrage des landais (7-0). Les visiteurs, reconnus comme dangereux à l’extérieur, commencent à poser des problèmes au locaux. Ils profitent d’une faute sifflée sur mêlée, pour recoller au score (7-3, 16è). Pour autant, la mêlée dacquoise donne des signes de supériorité, que l’arbitre ne discrimine pas. Les cantaliens ne se contentent pas d’agresser les dacquois en défense. Dès qu’ils mettent la main sur le ballon, ils multiplient les initiatives et mettent les landais à la faute. L’ouvreur dacquois, Felipe Berchesi, écope d’un carton jaune, pour une faute d’antijeu (27è), sanctionné par une pénalité de l’ouvreur cantaliens (7-6). La volonté de jeu des landais se confronte à un pressing aurillacois, plutôt performant. Seules les actions dans l’axe et quelques mauls performant, permettent au dacquois de garder les visiteurs à une courte distance (7-6 à la mi-temps). Le retour des vestiaires révèle que les dacquois ont tiré les enseignements du premier acte. Plus pressants et agressifs, ils mettent les visiteurs à la faute (10-6, 44ième). La pression cha,nge peu à peu de camp et les choix tactiques réussissent aux landais. La volonté de lancer du jeu jusqu’aux ailes, qui fait partie de l’ADN sentimental de cette équipe, laisse la place à la raison et à un jeu plus restrictif, mais adapté. Les visiteurs mis sous pression, notamment en mêlée, concèdent des points (13-6, 48è) et deux cartons jaunes (65 et 75è) pour des fautes d’antijeu. C’est tout naturellement que les rouges et blancs vont inscrire leur deuxième essai par le flanker Martin Chiappesoni (20-9, 70è). En supériorité numérique jusqu’à la sirène, les landais chercherons, en vain, un bonus offensif face à de courageux cantaliens, pris par le choix de la raison de leurs hôtes.

 

Le fait du match : Le changement tactique des Landais à la mi-temps.

Fidèles à leur habitude, Dax a tenté et à multiplier les initiatives de jeu au large. Contrés par les aurillacois, ils ont changé leur fusil d’épaule à la mi-temps et on réduit la voilure pour emporter ce match capital.

 

Le joueur : Vickus Liebenberg

Le deuxième ligne dacquois a rempli son rôle offensivement et défensivement dans le premier acte tourné vers le jeu. Il s’est parfaitement adapté, comme son équipe, au changement de tactique en pilonnant la ligne adverse, en participant à l’effort en mêlée et en imposant son physique au ras des rucks.

 

 

Les meilleurs :

Delonca, David, Liebenberg, Chiappesoni, August, Pic, Berchesi et Ropiha à Dax.

Taukeiaho, Fourcade, Maituku, Boisset, Luata et Mcphee à Aurillac

 

Par Laurent Travini

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir