Toulon retrouve des couleurs

  • Toulon retrouve des couleurs
    Toulon retrouve des couleurs
Publié le

Tout n'a pas été parfait. Imprécis en première période, les Toulonnais auraient même pu se diriger vers un après-midi compliqué. Mais trois cartons jaunes distribués en trois minutes au CAB, tous avant la mi-temps, viendront briser les rêves brivistes. Toulon s'impose finalement 41-24 et sauve son bonus offensif.

Résumé de la rencontre 

Comme souvent, c'était un après-midi deux salles / deux ambiances à Mayol. Et si le score laisse présager d'une rencontre aérée, avec des défenses aux abois, seule la deuxième mi-temps aura finalement été spectaculaire... Car avant le retour des vestiaires, les deux équipes se sont longtemps neutralisées. Et si Toulon buttait sur une défense Briviste bien en place, les Corréziens tenaient tant bien que mal le score (menés 3-0 à la 27e minute). Mais un essai d'Anthony Belleau (27e), inscrit à la suite d'un beau jeu au pied dans le dos de François Trinh-Duc, permettra au RCT de prendre un avantage plus confortable. L'essai de pénalité inscrit en fin de première période (40+3e, à quatorze contre onze, voir tournant du match), donnera enfin un peu d'air aux joueurs de Fabien Galthié (17-3 à la mi-temps). Ensuite ? A quinze contre douze, les Toulonnais dérouleront au retour des vestiaires et n'inscriront pas moins de quatre essais. C'est d'abord Hugo Bonneval qui ira à dame (45e), avant qu'Ashton n'offre son premier plongeon au public de Mayol (49e, voir essai de la rencontre), que Raphaël Lakafia n'y aille de son essai (61e) et que Chris Ashton aille une deuxième fois dans l'en-but briviste (65e), portant le score à 39-10. En fin de match, les Corréziens retrouveront des couleurs, iront trois fois en terre promise (Karlen Asieshvili 57e, Samuel Marquès 67e et Gaëtan Germain, 71e), mais la messe était dite depuis de longues minutes et, s'ils ont menacé le bonus toulonnais jusqu'à la sirèen, les Brivistes connaissent un nouveau revers. Le septième en huit journées.

Le tournant de la rencontre : les trois cartons jaunes brivistes en trois minutes 

Bien qu'incapables de mettre le RCT en difficulté, les Brivistes tenaient malgré tout au tableau d'affichage. Menés 3-0 jusqu'à la 27e minute de jeu, les joueurs du CAB empêchaient les Toulonnais de mettre leur jeu en place. Pire, le public de Mayol se mettait à craindre chaque ballon de récupération corrézien. Et s'ils se rassureront avec l'essai d'Anthony Belleau (27e), qui portait le score à 10-3 (puis 10-3 à la 31e), les Varois feront le siège de la moitié de terrain corrézienne à compté de la demi-heure de jeu et ce jusqu'à la mi-temps. Dix minutes à attaquer sans ne jamais trouver la faille face à une défense bien en place... Du moins c'est ce qu'on croyait, jusqu'à la 40e minute. Déjà à quatorze, après le carton de Karlen Asieshvili (32e, mêlée écroulée), les Brivistes voyaient sortir tour à tour Fabien Sanconnie (40e, antijeu), Saïd Hirèche (40+2e, jeu dangereux) et Gaëtan Germain (40+3e, en-avant volontaire) et encaissaient même, sur le dernier, un essai de pénalité. Pourtant en place, les Brivistes se retrouvaient, au retour des vestiaires, à douze contre quinze Toulonnais. Ils ne feront jamais leur retard.

L'essai de la rencontre Chris Ashton (49e)

Jusqu'alors tout particulièrement discret et jamais servi par ses coéquipiers, Chris Ashton est venu rappeler pourquoi il ne fallait jamais lui laisser le moindre espace. Sur un ballon de récupération (anodin) dans les 22 mètres toulonnais, Anthony Méric sert Florian Fresia, qui donne sur un pas à Samu Manoa qui passe immédiatement à Chris Ashton. La suite ? L'anglais déborde toute la défense, temporise pour chercher du soutien, comprend qu'il est seul, évite le retour d'Arnaud Mignardi, grâce à une accélération sur la ligne de touche, et après 80 mètres de course en solitaire, rallie l'en-but. Mais la vraie nouveauté tient évidemment en la manière d’aplatir. Car s'il n'avait jusqu'alors jamais pu plonger dans l'en-but, c'est bien les Brivistes qui auront encaissé le premier «Ash Splash» en Top14, de quoi faire rugir de plaisir le public toulonnais.

 

Les meilleurs

A Toulon : Radradra, Lakafia, Gorgodze, Trinh-Duc, Belleau, Manoa, Étrillard

A Brive : Mignardi, Uys, Hirèche

 

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?