L’arbitrage, l’autre pédagogie

  • L’arbitrage, l’autre pédagogie
    L’arbitrage, l’autre pédagogie
Publié le , mis à jour

Deux collèges des Flandres ont fourni la moitié du contingent des jeunes sélectionnés pour un stage national des écoles privées à Marcoussis. 

Le collège Saint-Vaast de Béthune et le collège Saint-Jean de Douai se sont mis en avant la semaine dernière en fournissant huit candidats au stage national d’arbitrage organisé à Marcoussis par l’UGSEL (Union générale sportive de l’enseignement libre). L’UGSEL est à l’enseignement privé ce que l’UNSS est à l’enseignement public. À cette session d’arbitrage (du 22 au 25 octobre), Stéphane Kubiak, le responsable de l’association sportive béhunoise, et Bertrand Renaud, le créateur de la section sportive de Douai, ont envoyé leurs élèves en masse. Ils ont composé près de la moitié du contingent national. Le volontarisme nordiste en la matière n’est pas une nouveauté. Bertrand Renaud s’était déjà distingué avec sa section en remportant, il y a deux ans, le concours fédéral du jeune arbitre. L’un de ses enfants, membre de cette équipe championne, dirige déjà des matchs officiellement sur le comité régional. Un second participait, la semaine dernière, au stage de Marcoussis. Depuis Béthune, le fils de Stéphane Kubiak avait fait le déplacement jusqu’au CNR également. Dans le Nord, ces deux profs d’EPS ont donné de leur famille pour faire de cette formation à l’arbitrage un enjeu du développement de leurs ouailles. « C’est important à plus d’un titre, explique Bertrand Renaud. Il y a bien entendu la nécessité du renouvellement des générations. Nous manquons toujours d’arbitres, et il en faut pour jouer au rugby. Les former le plus jeune possible est toujours le mieux. Sur le plan pédagogique, cet exercice est très intéressant. Il faut prendre de bonnes décisions dans un temps très réduit. C’est toujours très bon de réfléchir vite et dans des situations concrètes. Un bon arbitrage nécessite l’alliance d’une connaissance théorique très forte à un bon instinct de pratique. C’est très formateur de concilier ces deux aspects du jeu. »

Tous reçus

À Marcoussis, tous les élèves ont été reçus à leur examen de fin de stage, avec des notes et des compétences différentes. Certains pourront, dès à présent, arbitrer les finales régionales de l’UGSEL. Quand Benoît Oszustowicz les a relâchés dans la nature, le Nordiste et membre de la DTN leur a rappelé que l’un des anciens stagiaires UGSEL avait prolongé sa carrière jusqu’en Pro D2. « On voit assez vite lesquels ont le feu sacré, raconte Stéphane Kubiak. Je pense que l’on retrouvera certains de ces stagiaires en divisions fédérales. Mais le plus important est qu’ils puissent rapidement diriger des matchs scolaires. Il n’y a rien de mieux pour les élèves que de s’auto-diriger. Si les élèves peuvent maîtriser leur arbitrage de façon à ce qu’ils soient reconnus et apprécié par les joueurs, la pédagogie collective est d’autant plus approfondie. Lors de mes entraînements, tous mes élèves sont mis en situation avec le sifflet à la main pour diriger nos séquences. » À Marcoussis, un seul stagiaire UGSEL n’était pas licencié d’un club de rugby FFR. Il s’agissait de Juliette, la seule fille, une Nordiste évidemment. 

 

Par Guillaume Cyprien

 

 

 

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?