Le TUC a du coeur

Après avoir visité les favelas de Rio de Janeiro en août dernier, le club universitaire toulousain s'est illustré en donnant un coup de main à l'association terres en mêlées.

Le rugby n’est jamais plus beau que quand il n’est qu’un prétexte : prétexte à la rencontre, à l’échange, au partage. Le Toulouse Université Club en est la parfaite illustration. En août dernier, les Tucistes ont eu une grande chance : celui de traverser l’Atlantique pour visiter les Brésil pendant deux semaines. Un voyage qui ferait saliver plus d’un club… mais qui a aussi demandé une mobilisation sans faille des membres de l’Amicale des Joueurs, François Giraudeaux, Mattin Etcheverria et Antoine le Tallec en tête, lesquels ont travaillé sur le dossier pendant plus d’un an. En amont de leur voyage, les Tucistes avaient également contacté les membres d’une association brésilienne, « Instituto Rugby para todos », dont la portée et de développer la pratique du rugby chez les jeunes des favelas. Une fois arrivés, plusieurs joueurs du Tuc se sont donc rendus dans une favela en compagnie des éducateurs : « Nous avons pu encadrer une séance d’une quarantaine d’enfants dont les âges allaient de 7 à 17 ans », raconte le deuxième ligne Nicolas Henschen. « À l’origine, cette association a été créée dans la plus grande favela de Sao Paulo. Là, elle s’est bien développée et a même envoyé une jeune fille en sélection à VII pour les derniers Jeux olympiques. » Une sélection en forme de reconnaissance du travail effectué par les bénévoles.

Terres en Mêlées, un projet reconnu par World Rugby

Mercredi 11 octobre dernier, le club toulousain a encore œuvré à l’international et accueilli l’ancien ailier toulousain Pierre Gony, aujourd’hui président et fondateur de l’association Terres en Mêlées pour faire le don d’équipements. Créée en 2011, l’association a pris de l’ampleur et compte aujourd’hui une cinquantaine de porteurs de projets à travers la France : « C’est une association d’éducation par le rugby et de solidarité internationale », explique l’ancien ailier. Au-delà des limites de l’Hexagone, où elle conduit différents projets à dimension éducative et sociale, elle œuvre dans quatre autres pays : le Maroc, le Togo, Madagascar et le Burkina-Faso. Outre le fait de recueillir du matériel aux clubs français pour le redistribuer dans ces pays, Terres en Mêlées travaille à la formation d’éducateurs qui pourront porter le rugby dans les écoles : « Nous sommes en contact avec tous les ministères concernés de ces pays », souligne Pierre Gony. En 2016, le travail de l’ancien ailier du Stade toulousain a obtenu une reconnaissance internationale en étant sélectionné parmi les cinq meilleurs projets mondiaux désignés par World Rugby : « Ce fut un coup de projecteur énorme, et une vraie reconnaissance d’un travail mené dans l’ombre pendant six ans. » Mercredi dernier, le Tuc a apporté sa modeste pierre à cet immense édifice. Et espère être imité par d’autres…