Carcassonne en enfer

  • Carcassonne en enfer
    Carcassonne en enfer
Publié le / Mis à jour le

Carcassonne a bien résisté face au leader. Ce dernier a trouvé les ressources pour s’imposer 23-18 en fin de match et conforter sa première place.

Dos au mur, en position inconfortable au classement, Carcassonne était soumis à une obligation de résultat sous peine de se laisser aspirer dans les profondeurs du classement. Seulement, l’hôte de la soirée, Grenoble avait aussi la ferme intention de faire un troisième voyage fructueux afin de conforter sa place de leader. Après vingt minutes de jeu, l’Usc s’est avérée particulièrement réaliste par ses buteurs. Successivement, Gilles Bosch et Antoine Renaud avaient glissé dans l’escarcelle audoise neuf unités. Mis sous pression, contraint de courir après le score (9-0), le FCG a haussé son niveau de jeu pour finalement prendre la tête à la demie- heure de jeu (10-9) et (13-12) à la pause. A la reprise, les deux formations se sont neutralisées donnant un débat très serré. Dans un tel contexte, ce sont les buteurs qui se sont exprimés. Dans le duel à distance entre Francis Burton et Antoine Renaud c’est le buteur isérois qui a eu le dernier mot en délivrant une belle passe au pied à Lolagi Visinia offrant à Grenoble l’essai de la victoire qui enfonce Carcassonne dans les profondeurs du classement.

 

Le tournant du match 

 

A la 36ème minute, Carcassonne hérite d’une pénalité à 5 mètres de la ligne iséroise. L’option du pénaltouche est choisie plutôt que celle de la pénalité. Le pénaltouche est infructueux. Grenoble se dégage  et hérite d’une pénalité que Francis convertie. Le score passe à (13-9).  Que se serait-il passé si Carcassonne avait mené (12-10) avant la pause ?

 

L’homme du match

 

L’ouvreur  Burton Francis a remplacé David Mélé. Son entrée a donné du volume au jeu grenoblois.

 

Les joueurs 

 

A Grenoble :  Visinia, Stefano, Nkinsi

 

A Carcassonne : Renaud, Gimeno, Tuilagi.

 

Par Didier Navarre

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir