Brive renverse le Stade français

  • Brive renverse le Stade français
    Brive renverse le Stade français
Publié le / Mis à jour le

Au terme d'une seconde mi-temps à suspens les Brivistes ont renversé la vapeur malgré de nombreuses imprécisions. Ils s'imposent 20-19 et laissent la place de lanterne rouge à Oyonnax.  

Pétris de bonne volonté, les Brivistes ont pourtant affiché un visage pathétique durant la majeure partie de la première mi-temps. Aucune action n'a pu aller à son terme à cause des maladresses des attaquants coupables de nombreuses fautes de main. Les Corréziens ont également pêché en défense à l'image des deux essais encaissés sur des courses d'une centaine de mètres. Si celui de Morné Steyn dès la sixième minute semble entaché d'une faute d'arbitrage, la touche jouée rapidement n'ayant pas fait 5m, les Parisiens doivent beaucoup à la passivité de leurs adversaires. Déjà mené 7-0 le CABCL a de nouveau donné le bâton pour se faire battre en cherchant le fond de touche à une dizaine de mètres de l'en-but des stadistes. Ce sera la seule touche perdue par le CAB mais elle sera lourde de conséquence. Brive a commencé à renverser la vapeur avec un essai juste avant le retour au vestiaire signé Thomas Laranjeira (10-14). L'essai de Steevy Cerqueira n'aura servi qu'à assurer le bonus défensif aux visiteurs.

 

Le tournant du match : la blessure de Rémi Bonfils 63'

Sur un plaquage briviste le talonneur remplaçant Rémi Bonfils a ressenti une douleur au genou qui a précipité le retour de Maxime Gau. Sur la mêlée suivante les Brivistes ont enfoncé leurs adversaires , récupéré le ballon et permis à Mathieu Ugalde d'aller aplatir sans opposition l'essai de la gagne.

 

L'homme du match : Morné Steyn

Auteur du premier essai de la rencontre le Sud-Africain a également inscrit les deux premières transformations. Jules Plisson a manqué 8 points dont la transformation de l'essai de Steevy Cerqueira et un drop après la sirène.

 

Les meilleurs :

Brive : Germain, Ugalde, Masilevu

Stade français : Steyn, Parisse, Ensor

 

Par Hugo Dervissoglou

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir