Thann, tous ensemble !

  • Thann, tous ensemble !
    Thann, tous ensemble !
Publié le , mis à jour

Thann, qui évolue en Promotion 1ère série, a profité de l’intersaison pour repenser son fonctionnement. Désormais, l’entraînement est commun pour les seniors, les juniors, et les féminines.

Dans cette ville de 7 900 âmes, niché au cœur de la vallée de la Thur, à flanc sur les contreforts des Vosges, le club thannois ne dispose pas d’université et de grosses industries pour assurer un vivier de joueurs important dans toutes les catégories. La qualité des entraînements était limitée par le nombre parfois faible des participants. C’est pourquoi les « Blacks » haut-rhinois ont repensé complètement leur approche. Désormais, là-bas, tout le monde s’entraîne ensemble, les filles et les garçons. « L’idée a été validée fin juin par le comité du club. Vu la situation de nos féminines, on se devait de les intégrer avec nous. Leur entraîneur Manu Karpiez était partant de suite, et Fred Wagner, le responsable des moins de 18 ans, a souhaité qu’on intègre aussi les juniors au projet de jeu. Il s’agit de partager les connaissances pour tirer tout le monde vers le haut », résume le coentraîneur des seniors David Blans.

Et c’est ainsi que chaque mercredi, le trio d’entraîneurs est épaulé par Nicolas Derangère (trois-quarts), Bertrand Steininger (avants) et Nicolas Lang (1re ligne), pour animer des ateliers spécifiques. La séance est consacrée au développement du jeu avec au programme de la technique individuelle et du travail de postures, cher au duo Blans/Wagner : « Jeu de passes, travail du ruck et travail de défense sont proposés dans des ateliers sur 20-25 minutes. C’est compliqué d’avoir beaucoup de monde dans les catégories divisées, sans compter l’encadrement. Là, on travaille un maximum d’ateliers, ce qui est idéal pour un projet commun juniors-seniors. Avec toujours des exercices de pratique et un match à quinze à la fin de la séance pour travailler les repères et placements, dissèque le Bagnérais. On fait plus de choses par le nombre. Les filles s’investissent davantage et progressent dans les espaces et les courses. Nos juniors s’intègrent plus facilement et les seniors ont la responsabilité de conseil. Être avec les féminines nous fait jouer beaucoup sur la règle de l’esprit de jeu… Et ça apprend aux gars à jouer juste. »

Que du positif

Stéphanie, la femme de David Blans, est également la troisième ligne centre de l’équipe féminine. « Même les nouvelles adhèrent à ce projet, apprécie-t-elle. On se bat pour ne pas être à la ramasse car les hommes sont plus physiques. Ils jouent franchement et ce n’est pas plus mal. Après, ils font attention tout de même lors des phases de déblayage. Les exercices sont plus dynamiques. Et personne ne s’échappe. Les copines y vont de bon cœur pour plaquer les garçons ! » Et le porté en touche est travaillé chaque semaine, ce que les féminines ne faisait pas forcément. Avec cette réorganisation, l’esprit « RCT » a été renforcé. Denis Carrat, l’actuel président qui assure la cuisine, Georges Winckler, fromages de Lozère en main et contrôlant le planning des bénévoles, ou le président des « Old Blacks » Philippe Diet, observent toute cette nouvelle activité sur le terrain depuis la fenêtre du club-house. Les trois présidents du RCT s’activent chaque mercredi, car à 21 h 30, les quarante participants les rejoindront pour le repas d’après entraînement. Une autre séance prise en commun et en famille.

Par Christophe Hugonin

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?