Le projet appaméen

  • Le projet appaméen
    Le projet appaméen
Publié le , mis à jour

Pamiers pouvait accéder administrativement en Fédérale 1. Une promotion refusée par le comité directeur, lequel a préféré refaire ses gammes en Fédérale 2 afin de mieux préparer l’avenir.

En Occitanie, le rugby ariégeois est considéré comme le parent pauvre de la région. à ce jour, le département de la terre courage n’a aucun représentant au sein du plus haut niveau amateur. Reste que l’an dernier, le club phare de la Basse-Ariège, le Sporting club appaméen auteur d’un brillant parcours en Fédérale 2 ponctué par une place en seizième de finale, s’était vu proposer par le comité directeur fédéral une promotion au sein des meilleurs amateurs fédéraux. Une invitation refusée par les dirigeants ariégeois et leur président Jean-Philippe Sannac « Il est vrai que la proposition fédérale était alléchante, confie ce dernier. Seulement, il fallait garder les pieds sur terre. Nous aurions accepté la montée, je pense que nous serions redescendus aussitôt. Honnêtement, nous n’étions pas prêts tant sur le plan sportif que financier. Nous avons opté pour la solution la plus sage, celle d’obtenir la promotion en Fédérale 1 par le biais du rectangle vert. Une montée se gagne sportivement sur le terrain, pas sur le tapis vert. Cette année, notre ambition c’est d’accéder en Fédérale 1. À l’intersaison, nous nous sommes donné les moyens pour y arriver en augmentant le budget et renforçant l’effectif. Benoit Marfaing, le manager a fait un travail considérable en structurant de l’école de rugby jusqu’aux deux équipes seniors. Au sein du club, il a apporté une touche professionnelle qu’il a connue en tant que joueur. »

Des espoirs revanchards

À ce jour, le parcours de l’équipe fanion est tout à fait conforme aux ambitions annoncées en tout début de saison. Après six journées, les premières copies des élèves de Patrick Mirosa et Benoit Marfaing sont dans l’ensemble très correctes. Après six rencontres officielles, le SCA s’est pris une seule fois les pieds dans le tapis à Castelnaudary (défaite 16-22) pour un partage des points à Mazamet (22-22) et revendique pour le moment, quatre victoires officielles. « Nous ne faisons pas la fine bouche, ajoute Jean-Philippe Sannac. Les résultats sont encourageants. Les joueurs recrutés nous apportent de légitimes satisfactions. » À l’intersaison, Benoit Marfaing en charge du recrutement a conservé l’ossature de groupe de la saison écoulée, renforcée par l’arrivée d’une poignée de joueurs revanchards issue des espoirs des clubs professionnels et de Fédérale 1. Ainsi l’Aubenassien Thibault Alvarez, l’espoir du CO, Cédric Gatti, ceux de Carcassonne Florian Khalkal, Ianis Guitoune, le Montalbanais Antoine Lafforgue, l’Angérien Yann Richard ont été séduits par le projet sportif de Benoit Marfaing. Plus que les résultats flatteurs, les dirigeants sont également satisfaits de voir le public venir de plus en plus nombreux au stade et lors des traditionnels repas d’avant match. « Il y a quelques années, Pamiers avait la réputation d’exceller dans les troisième mi-temps. Maintenant, nous avons une autre vision du rugby », conclue le président. Tout un département espère qu’en fin de saison, le SCA valide son accession en Fédérale 1. Sur le plus long terme, ils ont pour projet de postuler à la Fédérale 1. Pour le moment, il n’y a pas le feu. À Pamiers, on n’a pas pour habitude de brûler les étapes.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?