Slimani : « Je vais finir par ne plus être sélectionné »

  • Slimani : « Je vais finir  par ne plus être sélectionné »
    Slimani : « Je vais finir par ne plus être sélectionné »
Publié le , mis à jour

Ciblé par l’arbitrage de l’Australien Angus Gardner et victime de l’acharnement de World Rugby, le droitier des Bleus Rabah Slimani en a gros sur la patate…

Il avait beau avoir été prévenu, Rabah Slimani n’en a pas moins été meurtri. Blessé dans son orgueil. Ce carton jaune infligé par l’arbitre australien Angus Gardner (34e), sur la troisième faute française en mêlée fermée, il ne l’a toujours pas digéré. « Je mettais l’impact, l’autre (Hames, pilier gauche de la Nouvelle-Zélande, N.D.L.R.) tombait, mais c’était quand même de ma faute. J’ai vraiment l’impression qu’on me cherche des poux, que je suis le seul à être surveillé. » Et le Clermontois d’ajouter en soufflant : « Ma liaison était pourtant bonne, je ne comprends vraiment pas. De toute façon, c’était écrit avant même le début du match. Je savais que je prendrais un carton jaune. » À son secours, Jefferson Poirot, le pilier gauche des Bleus : « De toute façon, on a eu toute la semaine des remontrances contre Rabah et ça commence à poser un vrai problème. » Ce que dit le Bordelais, c’est que le staff de l’équipe de France s’est fait le relais d’Alain Rolland, le patron des arbitres à World Rugby. Ce dernier, successeur de Joël Jutge, avait bien avant le début de la saison internationale fait parvenir un courrier au sélectionneur du XV de France Guy Novès et ses adjoints Yannick Bru et Jeff Dubois. Dans cette missive, un avertissement avait été lancé en direction de Slimani et de Ben Arous en raison de de ce que les anglo-saxons appelle le « collapse » (tendance à emmener l’adversaire vers le bas). « Aucune tolérance ne sera admise » était-il écrit en substance. Selon nos informations, Alain Rolland a même effectué le déplacement à Marcoussis pour rencontrer le staff technique français. C’était quelque temps avant que Guy Novès n’annonce le nom des joueurs retenus pour cette tournée d’automne. Entre eux, l’échange aurait été cordial mais tendu, le staff cherchant à défendre bec et ongles Slimani. Dans la semaine précédant la rencontre, la commission dirigée par Alain Rolland a encore fait parvenir des vidéos de la dernière rencontre entre l’ASM et Northampton en Champions Cup pour stigmatiser ce « collapsing » au staff des Bleus.

Situation mal vécue

Ces deux dernières saisons, après avoir déjà été dans l’œil du cyclone en 2014, l’ancien joueur du Stade français avait fait les efforts nécessaires pour répondre aux exigences de l’arbitrage international, notamment sur sa liaison. Las, il est de nouveau au cœur d’une tempête similaire à celle qui a peut-être coûté en 2014 sa carrière internationale à Thomas Domingo. À l’époque, Joël Jutge avait stigmatisé les positions trop basses et les liaisons de celui qui évolue aujourd’hui à Pau. Évidemment, d’autres éléments ont probablement poussé Philippe Saint-André, sélectionneur de l’époque, à écarter Domingo mais le constat est que l’actuel gaucher de la Section paloise a quitté les Bleus un soir de juin 2014 sur une défaite en Australie (39-13). Aujourd’hui, Rabah Slimani vit très mal cette situation. « À force d’être pénalisé, je vais finir par ne plus être sélectionné, ce qui peut se comprendre. Je ne peux plus faire mon boulot correctement. Ça me rend fou. J’ai le sentiment de faire tous les efforts nécessaires et ça ne va jamais… ». 

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?