Zondagh : « La bataille des rucks sera cruciale »

  • Zondagh : « La bataille des rucks sera cruciale »
    Zondagh : « La bataille des rucks sera cruciale »
Publié le

Une fois n’est pas coutume, c’est à un regard étranger que nous avons souhaité confier l’analyse d’avant-match. Entraîneur des skills chez les Sharks de Durban, AB Zondagh a accepté avec enthousiame, soucieux avant tout de placer le contexte de la rencontre pour ses compatriotes.

« Après la large défaite contre les Blacks (57-0) où les Springboks s’étaient avérés dépassés techniquement et tactiquement, nous étions revenus les semaines suivantes avec beaucoup de cœur et de détermination, en jouant comme souvent sur l’émotion. Malheureusement, sur le long terme, les émotions ne suffisent plus, on l’a bien vu contre l’Irlande. C’est pourquoi face aux Français, cette rencontre aura un air de déjà vu. Les Springboks devront trouver tactiquement les clés pour remporter une première victoire dans cette tournée européenne.»

Le jeu au pied

« En Irlande, le jeu au pied sud-africain a été très pauvre, aussi bien dans la stratégie que dans la réalisation. Samedi, il devra être beaucoup plus précis et efficace pour imposer de la pression sur le fond du terrain français, qui a montré quelques faiblesses lorsqu’il était sous pression, mais aussi de belles qualités lorsqu’il lui était laissé un peu d’espace et que le jeu était destructuré. Surtout que le demi de mêlée Antoine Dupont a démontré de sacrées aptitudes pour créer des opportunités sur les deuxièmes ballons après contre-attaque, face à des des défenseurs qui traînent autour des rucks. En outre, je suis persuadé qu’en analysant la stratégie des Irlandais, les Français ne seront pas effrayés par l’idée de tester notre triangle arrière par quelques chandelles. Mais eux aussi devront se montrer efficaces à la pression : quand il a du champ, Andries Coetzee demeure un redoutable contre-attaquant

La gestion de la charnière

« Pour une première, la charnière Dupont-Belleau m’a plu. C’est pourquoi les Sud-Africains vont chercher à réduire leur influence en les plaçant sous pression pendant 80 minutes, d’autant que je pense que pour ce match, les Springbok vont choisir de relancer Handré Pollard à l’ouverture. J’aime beaucoup la capacité de celui-ci à attaquer la ligne, mais il en oublie parfois de faire en sorte que la balle vive après lui. Or, un demi d’ouverture de classe mondiale doit savoir contrôler une partie. Ce n’est pas en participant à des rucks que l’on peut chercher des occasions, organiser le jeu de son équipe et réfléchir à la stratégie à tenir. Pour lui, ce sera un gros challenge… Quant au demi de mêlée, il devra simplement se concentrer sur une chose : éjecter les ballons. Dans un jeu comme celui de l’Afrique du Sud, qui plus est face à une défense qui «rushe» comme la France, si le demi de mêlée porte le ballon comme il l’a fait la semaine dernière face à l’Irlande, il peut coûter très cher à son équipe. Samedi dernier, les Springboks ont manqué de solutions, et pris les ballons en-deça de la ligne d’avantage et ont joué en reculant pendant 80 minutes.»

 La vitesse des libérations

« La vitesse à laquelle une équipe recycle ses ballons a évidemment une influence sur la qualité de l’attaque. Contre l’Irlande, les Springboks ont perdu la bataille des rucks. Au pays, on a beaucoup critiqué le manque de soutien au porteur de balle. Je crois surtout que c’est justement les attitudes avant contact des porteurs de balle qui sont à critiquer. Jamais ou preque ces derniers n’ont cherché à se poser de question. Est-ce que je peux passer le ballon ? Quelle est la bonne forme de passe à utiliser ? Ma passe a-t-elle créé une incertitude sur la défense? Ai-je bien utilisé mes yeux et mes pieds pour me lancer dans le bon espace pour faciliter une libératon rapide ? Ce sont des petits détails, mais qui prennent une importance énorme pendant 80 minutes. Si les Sud-Africains n’évoluent qu’un tout petit peu de ce point de vue, ils pourront jouer plus vite, et leur jeu redeviendra susceptible de leur permettre de franchir la défense. Ce à quoi ils ne sont jamais parvenus en Irlande... »

Propos recueillis par Nicolas Zanardi

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?