On aura des ouvreurs !

  • On aura des ouvreurs !
    On aura des ouvreurs !
Publié le , mis à jour

Dans six ans, le XV de France pourra s’appuyer sur les jeunes d’aujourd’hui, alors forts d’une plus grande expérience. Petit jeu des pronostics sur les têtes qui défendront le maillot bleu en 2023.

Pronostiquer les joueurs pour une tournée, par les temps qui courent, est déjà une chose hasardeuse. Le rugby brise ses hommes et, en trois semaines, Guy Novès a vu une vingtaine de joueurs disparaître de ses écrans radars pour les actuels test-matchs. Dont quelques cadres (Lopez, Fofana, Vakatawa, Ben Arous, Y. Camara…). Alors, se projeter six années plus en avant pour imaginer à quoi pourrait ressembler le XVde France qui disputera, sur ses terres, le Mondial 2023, tiendrait presque de la cartomancie. Plus sûrement, en fonction des âges et des potentiels, on peut sonder sur quel socle de joueurs le sélectionneur d’alors pourra s’appuyer.

Et toujours rien à droite ?

Pour les internationaux confirmés d’aujourd’hui, le couperet pourrait être tombé. Difficile d’imaginer Guirado (37 ans en 2023), Maestri (35 ans), Fofana (35 ans), Parra (35 ans), Machenaud (35 ans) ou Bastareaud (35 ans) être encore sur le pont international. La génération qui suit devrait être au pouvoir. Dans le cinq de devant, Camille Chat et Christopher-Eric Tolofua seront dans la force de l’âge pour tenir le poste de talonneur. En pilier, toujours peu de monde en vue, à droite. Le jeune Toulonnais Emerick Setiano, qui devrait d’ici là avoir accumulé de l’expérience, pourrait être un homme de base. À 34 ans et ce poste de maturité, Rabah Slimani pourrait encore en être. À gauche, les talents actuels sont jeunes et seront toujours candidats. Il faudra encore compter sur Baille (30 ans en 2023), Poirot (31 ans), Ben Arous (33 ans). En deuxième ligne, Sébastien Vahaamahina devrait être dans la meilleure partie de sa carrière (32 ans). Les jeunes d’aujourd’hui (Jedrasiak, Lambey, Gabrillagues, Iturria, Rebbadj) seront également dans la force de l’âge. En troisième ligne, la génération qui émerge aujourd’hui devra avoir pris le pouvoir. Tauleigne et Sanconnie en numéro 8, pour des profils complémentaires ; Yacouba Camara, Judicaël Cancoriet, Sekou Macalou, François Cros, Anthony Jelonch ou Cameron Woki, s’approcheront également de la trentaine. Cette compétition doit leur appartenir. Kevin Gourdon, qui aura alors 33 ans, ne doit pas être écarté. Derrière, l’affluence des pépites à la mêlée fait office de bon problème. Il faut déjà trancher entre Dupont, Serin, Couilloud, Lesgourgues. On dit déjà le plus grand bien du Parisien Coville. Àvoir, en fonction des jeunes qui suivent. Derrière, bonne nouvelle en vue : la pénurie des ouvreurs semble toucher à son terme. Quatre joueurs de moins de vingt ans pointent leur nez en Top 14 : Matthieu Jalibert (UBB), Romain Ntamack (Toulouse), Dorian Lavernhe (Clermont) et Louis Carbonel (Toulouse). Auxquels il faut ajouter Anthony Belleau. Camille Lopez, qui aura 34 ans en 2023, pourra encore postuler à ce poste d’expérience. Chez les trois-quarts, enfin, on suivra les jeunes Lucas Tauzin, Nathan Decron ou Gabriel NGandebe. À condition qu’ils jouent (enfin) dans leurs clubs. Teddy Thomas, Virimi Vakatawa, Noa Nakaitaci, Brice Dulin, Gabriel Lacroix postuleront toujours. Sans oublier Alivereti Raka, qu’on pourrait voir en Bleu dès le prochain Tournoi.

Tani Vili, phénomène annoncé

Et au rayon des surprises ? Difficile de savoir qui seront les mômes de 20 ans de 2023 (14 ans aujourd’hui). Une piste, tout de même : au centre, un certain Tani Vili fait déjà parler dans les couloirs de Marcoussis. Au point qu’une dérogation le concernant a été demandée, afin qu’il puisse être surclassé de trois années pour intégrer dès à présent les moins de 20 ans. Il n’a toujours que 17 ans… Chipé cet été par Clermont chez les jeunes de Brive, son cas avait déclenché la colère de Nicolas Godignon. On comprend mieux pourquoi…

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?