Coup de froid sur la rade

  • Coup de froid sur la rade
    Coup de froid sur la rade
Publié le , mis à jour

Après une défaite malvenue à Agen, les Toulonnais souhaitaient se rassurer contre le Racing 92. Résultat ? Le RCT s’est incliné (29-40), a encaissé quarante points à domicile.

Certes, Toulon était privé d’une vingtaine de joueurs, dont plus de dix titulaires potentiels. Certes, les retours de vacances sont rarement réputés comme les matchs les plus aboutis sur la rade. Mais comment cette équipe, qui ne comptait pas moins de dix internationaux majeurs dans son XV de départ, a-t-elle pu tomber dans le piège du Racing 92 ? Dimanche, alors qu’ils comptaient se rassurer par cette réception d’un club francilien décevant depuis le début de saison, les Toulonnais ont tout fait à l’envers… à commencer par l’entame de match. 29 minutes. Il aura fallu 29 trop longues minutes pour que le public de Mayol voit ses protégés ouvrir leur compteur. Avant ? Bousculés au près, maladroits au large et tout simplement pris à la gorge par des Racingmen venus jouer crânement leur chance, les joueurs de Fabien Galthié ne réussiront pas à mettre leur rugby en place. Il y eut alors des accélérations de Semi Radradra par-ci, et des coups de génie de Malakai Fekitoa par là… Mais malgré ces exploits, bien trop isolés au sein d’un collectif on ne peut plus brouillon, le centre champion du monde et le Fidjien venu du XIII n’ont rien pu faire face à la furie francilienne. Dans la semaine, Fabien Galthié affirmait au sujet de son équipe : « ce qu’on a gagné en qualité individuelle, on l’a perdu en cohésion collective. Ce que tu gagnes d’un côté, tu le perds de l’autre. On a perdu de la cohésion collective par rapport à l’homogénéité que l’on avait en début de saison. On a perdu de la « décision making »… ». Les joueurs alignés par ses soins n’ont pas su lui donner tort. Et si les trois-quarts ont une nouvelle fois tenté de faire la décision seule, le collectif toulonnais était grippé dimanche en fin d’après-midi. Et, dans un Mayol qui démarrait la rencontre à plus de 20° pour la terminer à 10°, le coup de froid est tombé sur la rade et a pris les Toulonnais par surprise, comme une sale grippe à l’automne.

Hors du Top 6

En fin de semaine, lucide, Emerick Setiano expliquait en quoi ce match devait permettre au RCT de sortir la tête de l’eau : « Ce serait bien de relever la tête après la défaite à Agen. On avait l’intention de gagner à Agen et on est revenu seulement avec un petit point. Ce n’était pas l’objectif. Il faut relever la tête car on est à Mayol ce week-end. C’est important de gagner ce match contre le Racing 92. Cette équipe nous suit un peu au classement. Ce serait donc bien que l’on fasse un petit trou entre eux et nous. Donc il faut gagner ce match. ». Raphaël Lakafia allait même plus loin, affirmant que cette réception du Racing 92 pourrait se muer en match référence : « Le Racing 92 est un très gros client, ça va être un très gros match. C’est le genre de match dont on a besoin. On a besoin d’avoir une grosse opposition à domicile afin de voir ce qu’on a dans le ventre. » En ce qui concerne le match référence, les Toulonnais repasseront. Mais si depuis le début de saison le jeu est parfois poussif, les Varois ne pourront cette fois même pas se cacher derrière le résultat. Jusqu’alors Toulon ne comptait que quatre défaites, dont aucune à domicile. Face à un Racing 92 venu en outsider, l’invincibilité de Mayol est donc tombée. Pour clôturer la triste soirée toulonnaise, le RCT sort pour la première fois du Top6. Désormais c’est du côté de Castres, puis par une réception du LOU que les joueurs de Fabien Galthié tenteront de relever la tête avant de retrouver la Coupe d’Europe. Vous avez dit périlleux ?

Par Pierrick Ilic-Ruffinati

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?