MHR : Vaincre ou « mourir »

  • MHR : Vaincre ou « mourir »
    MHR : Vaincre ou « mourir »
Publié le

Face à des Warriors craints pour leur vitesse de jeu, les Montpelliérains devront imposer leur densité physique et prouver leur force de caractère en terres hostiles.

Le MHR n’a plus le choix (deux défaites, trois points de bonus). Pour garder un espoir de qualification européenne, il est condamné à l’exploit à Glasgow : « On va jauger notre capacité mentale en situation critique. C’est notre dernière chance et nous sommes déterminés à tout donner », explique Benjamin Fall. Triompher, pour éviter une élimination prématurée en Champions Cup, après seulement trois journées et trois défaites, qui serait un échec cuisant : « À la vue de la qualité de notre effectif et des ambitions annoncées en début de saison (la qualification sur les deux compétitions, N.D.L.R.), ce serait forcément beaucoup de déception », ajoute-t-il. Vendredi, les Héraultais défieront les Warriors dans le froid glacial de leur antre, où seul le Leinster s’est imposé cette saison (dix victoires en douze matchs disputés toutes compétitions confondues). Auteurs d’une série de quatre succès bonifiés consécutifs, toujours en cours, ils sont invaincus en Pro14 (leader de leur groupe), mais quasiment éliminés en coupe d’Europe (deux défaites à zéro point).

Conservation et discipline

Alors, vont-ils jouer le coup à fond ? Une question qui fait sourire le capitaine Louis Picamoles : « Je n’ai pas trop de doute ! Les équipes celtes misent beaucoup sur cette compétition et la jouent à fond jusqu’au bout. » Des écossais, qui se subliment dans leur jardin d’après Vern Cotter : « Ils vont tenter d’accélérer le jeu pour nous prendre de vitesse. Ils savent très bien jouer sur leur terrain synthétique où il y a moins de temps passé au sol avec des rucks qui durent entre deux et quatre secondes… Mais si on met le même engagement et la même agressivité que la semaine passée (à La Rochelle, N.D.L.R.) ; avec moins de déchet dans notre jeu, on peut leur faire mal. » Les Cistes devront imposer leur densité physique supérieure, accentuée par les retours de Bismarck et Jacques Du Plessis, Louis Picamoles ou encore Nadolo, en multipliant les collisions frontales dans l’axe. Et user ainsi la défense adverse, très rigoureuse dans sa redistribution et efficace sur ses interventions. Le capitaine héraultais développe : « On doit conserver le visage affiché en défense le week-end dernier, tout en rajoutant plus de maîtrise en attaque. Et en se servant aussi mieux du jeu au pied de pression, car on a nos qualités aériennes. Nous devrons impérativement conserver le ballon sur plus de quatre ou cinq temps de jeu de manière constante. Et être surtout plus disciplinés (dix pénalités concédées en première période face aux Maritimes, N.D.L.R.). » Une clé du succès.

Par Julien LOUIS

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?