Vannes : Un réveil en fanfare

  • Vannes : Un réveil en fanfare
    Vannes : Un réveil en fanfare
Publié le / Mis à jour le

Battu par Perpignan sur le fil, défait à Narbonne, le RC Vannes avait à coeur de se racheter devant son fidèle public de la Rabine de sa prestation en demi teinte de Narbonne.

LE FAIT DU MATCH :

Incontestablement l’essai plein de culot et d’opportunisme de Jules Le Bail à la 54e minute qui a alors totalement libéré un ensemble vannetais jusqu’alors parfois empruntés dans la finition de ses intentions notamment lors de la période initiale.

L’ACTION :

On la mettra, pour l’ensemble de son oeuvre, à l’actif de l’écossais deuxième ligne Andrew Cramond omniprésent dans le combat et auteur du quatrième et dernier essai du RC Vannes. Associé au gallois Jones, le duo vannetais a été très généreux dans le combat.

LE RÉSUMÉ :

 « Toute la semaine, nous avons parlé entre nous de ce rendez-vous face à Aurillac et l’envie de sortir un gros match nous a animé tout au long des jours qui ont précédé la rencontre » confessait un Jules Le Bail tout sourire.

Et si au final le score reste éloquent, la différence s’est surtout faîte en seconde période. Car en virant à la pause avec seulement 4 points d’avance au tableau d’affichage, les vannetais pouvaient nourrir de légitimes regrets de n’avoir pas su concrétiser leurs intentions. L’essai de Jules Le Bail libéra alors l’ensemble vannetais, d’autant que Jean-Baptiste Pic remettait le couvert à 4 minutes du buzzer. Dans le même temps, l’essai de pénalité (72e) d’Aurillac, eut autant d’effet qu’une piqure de moustique sur le dos d’un éléphant ! Vannes tenait sa victoire et s’arrachait même dans les dernières secondes, après la sirène, pour décrocher le bonus offensif. Ce qu’obtint finalement Cramond le deuxième ligne écossais vannetais pour donner un autre relief au score final.

L’HOMME DU MATCH :

Christopher Hilsenbeck a montré qu’il était mieux qu’un remplaçant d’un Asley Moeke finalement spectateur de la rencontre. 4 pénalités, 3 transformations, soit 18 des 38 points, il n’a raté qu’un seul coup de pied au cours de la soirée. L’ancien joueur de Colombiers au-delà d’être l’exécuteur des hautes oeuvres, a également été un acteur actif dans l’organisation du jeu vannetais.

LES MEILLEURS JOUEURS :

VANNES : Kite, Cramond, Jones, Vosawaï, Blanc-Mappaz, Le Bail, Hilsenbeck, Bly.

AURILLAC : Fourcade, Maituku, Boisset, Waqaliva.

Par Didier Le Pallec

 

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir