Baptême réussi pour les jeunes rochelais

  • Baptême réussi pour les jeunes rochelais
    Baptême réussi pour les jeunes rochelais
Publié le , mis à jour

Pierre Bourgarit et Thomas Jolmès ont débuté pour la première fois en Champions Cup, ce dimanche face aux Wasps (49-29).

L’un a 20 ans et l’autre 22. Le talonneur Pierre Bourgarit, 20 ans, et le deuxième ligne Thomas Jolmes, 22 ans, disputaient, dimanche, leur premier match de Champions Cup en tant que titulaire. Bourgarit a joué 62 minutes d’un match à haute intensité, « alors que ce n’est pas parmi ses points forts ». Auteur du deuxième des six essais rochelais, il a fait preuve de détermination et d’envie. À l’image de son essai d’ailleurs qui conclut une action dont il est à l’initiative. Il vient marquer au ras. « Ça fait plaisir, surtout pour le mental. J’ai essayé de jouer le plus relâché possible, c’est ce qu’on me demande de faire la semaine à l’entraînement. J’essaye de ne pas me prendre la tête », dit-il. Surtout, à l’écouter, on sent déjà une certaine maturité. Comme quand il donne sa vision de la Champions Cup. « Ce sont des matchs où ça joue, ça marque, c’est basé sur l’offensif. On met beaucoup d’envie, beaucoup d’intensité dans notre jeu. On essaye d’être propre. Avec l’envie, on fait beaucoup de choses. » Il faut savoir que Pierre Bourgarit, en provenance d’Auch (Fédérale 1), est un joueur à polir, et son ascension a d’ailleurs été saluée par Patrice Collazo. « Quand vous pensez qu’il est champion de France Fédérale 1 avec la réserve d’Auch, et qu’il se retrouve à jouer les Wasps dans un match de très haut niveau pour un jeune joueur comme lui », plantait le manager rochelais, avant de souligner que Bourgarit « a été très tranchant avec le ballon. En touche, il a assuré aussi mais c’est surtout dans le jeu qu’il a été intéressant ».

Retour d’opération

En provenance de Grenoble (huit matchs pour une titularisation la saison dernière), Thomas Jolmes est l’autre découvreur de la compétition européenne, même s’il avait aussi joué quatre rencontres de Challenge Cup sous le maillot isérois. La blessure de Jone Qovu (rupture des ligaments croisés du genou) n’explique pas à elle seule sa titularisation. Il montre en effet de la volonté à son poste depuis sa première sous le maillot rochelais, fin novembre contre Pau en Top14. Pourtant, ce ne fut pas facile pour lui ces derniers mois. « Il a eu une opération au poignet qui est tout de même contraignante, avec une mobilisation de six mois et des complications derrière », rappelait Patrice Collazo. Le principal intéressé, lui, assez décontracté face aux médias, saluait la copie rendue par La Rochelle. « On s’est filé. Avec les joueurs qu’on a, on a fait la différence comme avec Botia qui prend la balle et se barre marquer », relevait-il, avec sa fraîcheur, tout en poursuivant : « On voyait vite qu’il ne fallait rien lâcher, les Anglais peuvent rapidement inverser la tendance. Il faut toujours rester constant. » Pour Patrice Collazo, Bourgarit et Jolmès, c’est la jeunesse du Stade rochelais qui en veut. « Ce sont deux jeunes joueurs qui découvrent la compétition, conclut-il. Ils font soixante minutes de très haut niveau. Ils ont envie de donner une bonne image d’eux-mêmes et du club. Ça compte dans une carrière. » La leur ne fait que commencer.

Par Arnaud BEBIEN

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?