Barthélémy (Albi) : L’empereur romain

  • Barthélémy (Albi) : L’empereur romain
    Barthélémy (Albi) : L’empereur romain
Publié le

Promu capitaine, Romain Barthélémy est devenu le leader de l’effectif albigeois.

L’homme est arrivé frustré en zone mixte. Pourtant cette troisième victoire consécutive aurait pu, aurait dû réjouir Romain Barthélémy, le capitaine du Sporting Club albigeois cette saison. Mais il sait que le bonus offensif laissé en route par ses coéquipiers comptera en fin de saison. Il nous avouera d’ailleurs « qu’avec cette victoire, Albi a juste rattrapé les points perdus du début de saison ». Et d’ajouter « ce soir on a manqué d’envie, à trois essais à un à 20 minutes de la fin le bonus offensif nous tendait les bras et je suis déçu de l’équipe car si on veut remonter en Pro D2, tous les points compteront ». Tout est dit ! Voilà désormais le nouveau Romain Barthélémy. Nommé capitaine par Arnaud Mela, il a connu des débuts poussifs à l’image de son équipe. Mais le redressement de cette dernière correspond au retour en forme du demi d’ouverture Jaune et Noir.

LA REMONTÉE COMME SEUL BUT

Désormais son rôle de leader lui colle à merveille comme on a pu le voir ce samedi. Haranguant ses troupes, motivant ses soldats, il a fait de la remontée son Graal. Car le Toulonnais, arrivé la saison 2011-2012, s’est épanoui dans la cité épiscopale. Sous la férule d’Henry Broncan, il a fait ses armes d’abord au centre de l’attaque albigeoise et il a su, durant ces sept saisons, devenir un cadre de l’effectif tarnais. D’ailleurs, sollicité à la fin de la saison dernière par plusieurs écuries de Pro D2, il a choisi de rester dans le Tarn où il s’épanouit en famille. Cela ne l’empêche pas d’avoir un regard acéré sur son club de cœur et de faire part de ses déceptions comme ce fut le cas la saison dernière après le match de Carcassonne signant la relégation en Fédérale 1 élite. Son interview où il fustigea l’attitude des dirigeants pour qui « l’argent [était] plus important que le sportif », montre à quel point l’homme n’est pas dupe. Du haut de ses bientôt 28 ans il est du genre à qui on ne la fait pas. Lucide, conscient de la tâche qui attend le club, il agit comme un véritable catalyseur prenant ses responsabilités quand il le faut. Samedi soir, alors que Thibaut Bisman connaissait un jour sans dans les tirs au but, c’est lui qui endossa ce rôle, expédiant même une pénalité des cinquante mètres ! La remontée viscéralement ancrée en lui, il veut ramener ses troupes vers les sommets. Même s’il sait que le chemin sera long et semé d’embûches, la conquête de l’empire du rugby professionnel est son but ultime.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?