Laporte en appelle aux clubs

  • Laporte en appelle aux clubs
    Laporte en appelle aux clubs
Publié le , mis à jour

Bernard Laporte a chargé Serge Simon d’effectuer une large consultation des acteurs du Top 14 pour connaître leur sentiment sur le XV de France. Ce n’est qu’une fois la synthèse rendue par Serge Simon que Bernard laporte statuera ou pas sur l’avenir professionnel du sélectionneur.

Bernard Laporte s’était donné quinze jours pour trancher et prendre des décisions, après la tournée désastreuse du XV de France et tenter d’endiguer la spirale négative qui plombe l’ambiance autour des Bleus. Sa décision est reportée. Le président de la FFR a en effet décidé de s’octroyer une période supplémentaire de réflexion. Avant de trancher l’avenir de Novès et de son staff, il a chargé Serge Simon de mener une grande consultation « auprès des forces vives du rugby, notamment du monde professionnel dont l’équipe de France est l’émanation. » C’est une grande première. Le président de la FFR tend la main au monde professionnel avec qui il a tant ferraillé durant la première année de son mandat. Simon a commencé ses entretiens la semaine passée. Il les poursuivra toute cette semaine, avec, en point d’orgue, la journée de mardi où il recevra l’ensemble du staff du XV de France avant que Bernard Laporte, probablement, reçoive Novès. « Au lieu de faire ce que tout le monde attendait de lui et de couper telle ou telle tête, Bernard a choisi d’innover. Il souhaite profiter de ce moment où tout notre rugby est mobilisé pour sortir les Bleus de l’ornière en impliquant tout le monde », glisse le numéro deux fédéral qui va s’entretenir avec tous les entraîneurs et présidents de Top 14 concernés par la gestion des internationaux.

18 décembre, date butoir

Le temps presse d’ici à la date butoir fixée au 18 décembre. C’est alors que l’on devrait connaître la future organisation du XV de France. « Sans divulguer le contenu de mes conversations, je peux dire que la parole est libre et que tout le monde effectue le même constat. L’idée n’est pas de savoir s’il faut changer telle ou telle personne mais de saisir l’opportunité de démontrer que l’équipe de France n’est pas devenue la plus mauvaise des sélections », précise Serge Simon. Le XV de France sera-t-il l’élément déclencheur d’un armistice entre Ligue et Fédé ? Novès fera-t-il les frais d’une union sacrée qui légitimerait le choix de rupture adopté par Laporte et lui offrirait sur un plateau une ou plusieurs solutions de rechange ? Au contraire, le président de la FFR profitera-t-il de ces nouveaux soutiens pour aider Novès à relancer le XV de France ? Au CNR, il se murmure enfin que les techniciens du Top 14 pourraient être intégrés à un nouveau comité de sélection. Hypothèse de travail ? Réélle volonté ? Pour le moment, ni Laporte ni Simon n’ont confirmé toutes ces informations. Les choix vont pourtant très vite intervenir. La page des élections des futures Ligues régionales s’est tournée ce week-end. Le champ est libre autour du chantier « XV de France », qui va devenir la priorité absolue de Bernard Laporte en 2018.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?