Remettre la machine en route

  • Remettre la machine en route
    Remettre la machine en route
Publié le

L’UBB a effectué un mini-stage de 3 jours sur le bassin d’Arcachon, histoire de repartir sur une nouvelle dynamique.

«Cela fait du bien de passer quelques jours ensemble après Newcastle. C’est évident, on passe à côté depuis un mois maintenant. C’est bien de parler ensemble. » Rory Teague, ses collègues du staff et les joueurs ont déménagé à La Teste pour un mini-stage de 3 jours, censé permettre de « couper un peu avec la routine quotidienne, oxygéner le corps et les esprits et repasser un peu de temps ensemble » comme l’explique le pilier droit Marc Clerc. Il est vrai que cette UBB chamboulée par les départs des uns, le retour des autres, le manque de pilier droit, les blessures et les arrêts pour commotion, commençait doucement à perdre ses repères. Aussi, après la déroute anglaise, les Russes d’Enisei ont tout de la cible idéale pour retrouver de l’allant à Chaban. Même si Rory Teague prévient : « On doit respecter l’équipe en face car elle a déjà battu le Stade Français. Il faut faire attention car c’est une équipe qui ne lâche rien. Chaque match est une finale pour eux. » C’est pourtant un groupe rajeuni avec du repos bien mérité pour des stakhanovistes de la feuille de match comme Vadim Cobilas, Mahamadou Diaby et même Matthieu Jalibert qui a enchaîné les 80 minutes depuis la blessure d’Hickey qui sera aligné.

Retrouver un niveau de jeu

Ce match de Challenge Cup tombe à pic pour régler les problèmes de l’Union. Le premier, la défense : « Ce sont des petits errements que l’on a du mal à gérer. Sur le match de Newcastle, on a pris beaucoup de turn-over, suite à des pertes de balle. Après, c’est aussi un placement collectif qui n’est pas très bon et quelques erreurs individuelles qui nous font payer cher. » explique Marc Clerc. Et il y a aussi la conquête, avec de nombreuses touches perdues, soit autant de munitions gâchées : « On fait notre maximum pour rééquilibrer cela. C’était un de nos points forts sur le début de saison, on va tâcher que cela le redevienne par la suite. » Le temps qui s’annonce pluvieux augure d’un beau combat vendredi soir. Iban Etcheverry, le jeune ailier espoir se méfie des Russes dans ce domaine : « Ils perdent 15-0 à Newport mais ils savent jouer au ballon, être patients, conserver. Ils ne font pas forcément d’erreurs stupides. C’est une belle équipe de rugby. S’il fait un temps pluvieux, ils vont mettre du combat. Par rapport au match aller, cela n’aura rien à voir. » L’Union, elle, devra trouver quelle que soit l’humidité ou la température, le chemin de l’en-but adverse. Et peu importe que ce soit tout droit ou par les ailes.

Par Jean-Yves SAINT-CÉRAN

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?