Nevers avec courage

  • Nevers avec courage
    Nevers avec courage
Publié le / Mis à jour le

Colomiers n’a pas pu prendre sa revanche du match aller. Nevers s’est à nouveau imposé face aux Columérins, sur sa pelouse, cette fois-ci, et beaucoup moins largement (16-12). Mais avec courage.

Le résumé

Le froid humide qui enveloppait le stade du Pré-Fleuri avait attiré une peu moins de cinq mille spectateurs. Ces derniers n’ont cependant pas eu à regretter leur déplacement puisqu’ils assistèrent, après une longue séance de suspense, au succès des Neversois. Rugueux d’entrée, l’affrontement tourna d’abord à l’avantage des visiteurs. Le pied de l’ouvreur Sebastian Poet fit mouche à trois reprises en moins de vingt minutes. Les Nivernais se rapprochèrent avant la pause, Loïc Le Gal, qui aurait pu égaliser sans un gros raté à la 30e minute, trouva la cible deux fois. L’arrière bourguignon rétablit tout de même la parité à la 50e mais l’artificier columérin étala son quatre à la suite deux minutes plus tard. Sous la pression locale, le pilier remplaçant Anthony Roux commit, ensuite, une faute en touche sur Julien Kazubek qui lui valut d’être exclu définitivement. Avec abnégation et courage, les Jaunets parvinrent à leurs fins à dix minutes de la sirène. Les entrants Hugo Fabrègue et Ousmane N’diaye préparèrent le terrain à un tour de magie entre Auvasa Faleali’i et Josaia Raisuqe. Le Fidjien s’en alla planter le cuir aux pied des poteaux comme à la parade. L’épilogue se révéla encore tendu entre les belligérants. L’ultime tentative de Colomiers, sur pénaltouche, fut étouffée par l’alignement neversois qui donna à son équipe ce succès tant espéré. Les Hauts-Garonnais n’ont pas tout perdu puisqu’ils décrochent le point du bonus défensif.

Le tournant du match : Colomiers voit rouge

Entré en jeu depuis trois minutes, le pilier droit Anthony Roux se fond dans l’alignement columérin. Sur la touche obtenue par le pressing défensif neversois sur le troisième ligne centre Romain Bezian, Julien Kazubek s’élève plus haut que tout le monde et capte le cuir. Roux le déséquilibre en l’air et, après concertation du corps arbitral, Hervé Lasausa Lespy Labaylette sort le carton rouge à son encontre. Les visiteurs, qui mènent 12-9, à cet instant (56e’), résistent tant bien que mal à la supériorité numérique qui galvanise les locaux mais leur infériorité finit par leur être fatale.

L’action du match : l’essai de Raisuqe

Facteur X de l’USON Nevers, Josaia Raisuqe a, une fois de plus, été fidèle à sa réputation. Bien que parfois maladroit dans son jeu au pied, l’ailier fidjien fut à la conclusion de l’unique essai du match. Une faute de la mêlée columérine, à 40 mètres de son en-but, donna un coup-franc aux Nivernais. Hugo Fabrègue le joua prestement pour s’enfoncer dans la défense adverse. Un premier relai d’Ousmane N’diaye, lancé comme un frelon, fixa la vigilance de Colomiers. Le demi de mêlée Auvasa Faleali’i enchaîna dans l’axe et, d’une passe aveugle à son intérieur, servit Raisuqe qui fila à dame. Avec la transformation de Loïc Le Gal, Nevers prenait l’avantage pour la première fois et n’allait plus le lâcher pendant les dix minutes qui restaient à disputer.

Les meilleurs

A Nevers : San Martin, Raisuqe, Faleali’i, Quercy, Fraser, Toleafoa, Maury, Seneca. A Colomiers : Dagain, Poet, Bezian, Onambele, Memain, Costa-Repetto.

Par Antoine Deschamps

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir