Le tournant de Noël

  • Le tournant de Noël
    Le tournant de Noël
Publié le , mis à jour

Prendre cinq points. C'est l'objectif des espoirs de l'US Colomiers Rugby, lancés en cette fin d'année, dans la course à la qualification. Un objectif qui passe impérativement pour les hommes du tandem Barbière/Pigozzo, par un succès face à Nevers. Et ce, afin de confirmer le bon point ramené de Biarritz.

L'instant se veut capital. Oui mais pas encore au point de tout gagner, dans la course à la qualification. Il restera encore en effet samedi soir, huit journées et potentiellement quarante points à prendre. Un tableau de marche qu'un revers face à Nevers pourrait cependant remettre en cause, du côté de Michel-Bendichou. "C'est le premier match capital de la saison, tout simplement. Nous allons en effet recevoir tous nos concurrents directs et notamment en janvier, où nous aurons trois réceptions pour un déplacement. En étant pragmatique, cela fait potentiellement douze points à prendre. Maintenant, il nous faut déjà valider comptablement cela face à Nevers car si nous perdons, nous aurons mal à la tête. J'espère d'ailleurs que nos supporters seront là, samedi" affirme Thierry Barbière, l'entraîneur des avants haut-garonnais. Et pour cause, puisqu'avec une deuxième défaite à domicile, ses hommes seraient repoussés à six points de leur adversaire du jour. Ces mêmes Nivernais, dont le tableau de chasse suffit à valider les performances. Le leader Brive ne s'y ainsi imposé que 3 à 0, tandis que son dauphin Biarritz y a lui chuté fin novembre (24-20). "Ils possèdent une équipe dense et qui doit produire, comme le démontre leur défaite du week-end dernier à Montauban (40-31). Et ce, sans oublier qu'ils ont battu Biarritz, ce qui en fait un adversaire à respecter. Nous avions également été dominés lors du match aller, dans le secteur aérien, tout en sachant qu'il nous manquait encore des repères collectifs, ce qui ne nous avait pas empêché d'avoir le ballon de la gagne". Sans succès, l'USC repartant en effet de son voyage neversois, avec les deux points du match nul (28-28).

Les valeurs de caractère

Près de trois mois plus tard, de l'eau a pourtant coulé sous les ponts. Nevers se mêle en effet à la lutte pour les places qualificatives, quand les Haut-Garonnais restent sur cinq défaites consécutives. Une série qui aurait bien pu s'interrompre dimanche à Biarritz, d'où les hommes du tandem Barbière/Pigozzo sont revenus avec un bonus défensif (22-19). "Au-delà du résultat, nous sommes surtout revenus avec de grosses valeurs, au niveau de l'état d'esprit, dans le combat et l'envie de produire. J'ai vu une équipe qui a refusé de subir et de perdre ce match, avec de l'orgueil et du caractère. Nous avons ainsi dans les quatre dernières minutes, deux pénal-touches sur nos cinq mètres et Biarritz est incapable de marquer" détaille le technicien columérin. Une vraie performance, face à la meilleure attaque du championnat avec déjà trente-deux essais marqués. Certes, même si sous les yeux d'un certain Gonzalo Quesada, manager du BO, les Columérins ont fait mieux que rivaliser avec leurs hôtes. "Biarritz a tout d'abord beaucoup produit, ce qui nous a obligé à énormément défendre et à aller les chercher. Nous n'avons d'ailleurs été que très peu pénalisés sur des positions de hors-jeu, contrairement au trop d'envie que nous avons mis au sol. Derrière, les joueurs ont également défié cette équipe dans les zones proches et leur ont fait mal". Preuve que même la difficulté, les favoris de Michel-Bendichou ont les moyens d'évoluer les yeux dans les yeux avec les gros bras.

Par Corentin Vaissière

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?