Carcassonne respire

  • Carcassonne respire
    Carcassonne respire
Publié le / Mis à jour le

Au pied du mur, Carcassonne a accroché la victoire (24-14) face à Nevers. Le maintien est toujours d’actualité.

Le résumé

A chaque match à Albert-Domec, Carcassonne joue à quitte ou double. Forcément après la courte défaite à Massy, la victoire était capitale pour l’USC. Dans un contexte difficile, Carcassonne a parfaitement tiré son épingle du jeu lors de la première période. Parfaitement organisée en défense, l’USC s’est avérée pragmatique sur ses temps forts. A l’entame de jeu, Antoine Renaud a défloré le score par une pénalité sanctionnant une faute neversoise au pied des poteaux (3-0). A la demie heure de jeu, en supériorité numérique, Carcassonne a bonifié un pénaltouche offrant un score flatteur (10-0) avant de retourner aux vestiaires.

A la reprise, l’équipe de Christian Labit a fructifié sa première intention offensive par son ailier, Benoit Lazarrotto concluant en bout de ligne un mouvement à plusieurs temps de jeu. Le tableau était très flatteur pour l’USC (17-0) tandis que Nevers n’avait qu’une solution courir après le score. Après cinquante minutes de jeu, les Neversois ont bien relevé le défi. Les hommes de Xavier Péméja sont revenus à hauteur de leurs rivaux à la faveur d’une double prouesse de Maury et Faleali (17-14). Dans le « money time », un exploit personnel de Carol Raynaud a permis à l’Usc de respirer et d’accrocher un quatrième succès synonyme d’espoir.

Le fait du match

Pourquoi en première période, Nevers s’est obstiné à négliger des pénalités bien placées pour des pénaltouches infructueux ? Dans le domaine, des coups de pied placés, Nevers a été également peu inspiré. Son buteur, Rudy Derrien échouant sur une pénalité (42ème) des 22 mètres en face. La faiblesse du jeu au pied de Nevers explique aussi sa défaite.

L’homme du match

Fabien Grammatico, un capitaine exemplaire, toujours le geste juste tant en attaque qu’en défense.

Les meilleurs

Renaud, Raynaud, Koffi, Lazzarotto ; Chalureau, Fabregue, Faleali. .

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir