Le rêve de Charly Trussardi

  • Le rêve de Charly Trussardi
    Le rêve de Charly Trussardi
Publié le , mis à jour

Propulsé dans le groupe professionnel par le truchement des blessures, le jeune demi de mêlée Charly Trussardi savoure. Et s’adapte.

Pour faire simple, limite grossier, Charly Trussardi n’a rien à faire là ! C’est provocateur, bien sûr, et ce n’est surtout pas lié au sportif tant le jeune demi de mêlée Clermontois, propulsé en première ligne chez les professionnels voilà un mois et demi (à la suite des blessures de Laidlaw, Cassang, Lopez, Fernandez…), donne satisfaction. Dynamique, décomplexé et très actif en défense, Trussardi étonne sous son statut nouveau. Mais rien de ce qui lui arrive n’était programmé. « Je devais passer la saison en Espoirs. C’était le plan. Et si je donnais satisfaction, si je faisais une bonne saison, j’aurais peut-être la chance de m’entraîner les dernières semaines avec le groupe professionnel ». Un lundi matin, fin octobre, son téléphone a pourtant sonné. « C’était Xavier Sadourny. Il m’a simplement dit de faire mon sac. Qu’il y avait des blessés chez les professionnels, à mon poste, et que j’étais attendu à leur entraînement. » Forcément, ce n’était pas un essai. Après une cascade de blessures, Trussardi se retrouvait même seul demi de mêlée valide, sur le terrain du centre d’entraînement clermontois, qui jouxte la pelouse d’honneur du Marcel-Michelin. Il se souvient : « à mon arrivée, dans l’amphithéâtre au milieu de tous les pros, on m’a demandé de me présenter. Mon nom, mon poste, mon parcours… Un peu comme à l’école ! C’est la tradition. Et assez vite, j’ai compris que j’avais des chances d’être sur la feuille de match, le week-end. J’étais le seul sur pieds. Le remplaçant à la mêlée, c’était Nick Abendanon… ». Quand Azéma a finalement annoncé la composition d’équipe pour se déplacer à Montpellier, Trussardi était bien titulaire à la mêlée. À l’énonciation de son nom, l’entraîneur catalan a eu un petit mot de félicitations pour son jeune joueur.

Bientôt international italien ?

Depuis, tout s’enchaîne pour Trussardi. Jeté dans le grand bain, il apprend son métier à vitesse grand V. Et doit adapter sa vie alentour. En début d’année, le jeune Clermontois a intégré la filière « passion sport » de l’ESC Clermont (école supérieure de commerce), comme ses jeunes coéquipiers Attila Septar et Alexandre Nicoué. Une poursuite de ses études via une filière adaptée. « Mais c’était construit pour mon planning avec les Espoirs : le matin à l’école, l’après-midi au rugby ». Avec son passage chez les professionnels, Trussardi doit composer avec des cours à distance, dans des formats que l’école clermontoise lui a adaptés. « Je m’arrange un peu comme je peux. Je profite de mes jours de repos et de mes vacances pour rester collé au programme. Ce n’est pas toujours évident. » Le jeu en vaut-il la chandelle ? Trussardi tente sa chance. Et pour l’instant, ça prend. Ses performances séduisent jusqu’en Italie. Issu de l’union d’une mère guadeloupéenne et d’un père italien, il évolue avec la sélection transalpine des moins de 20 ans. Un choix d’abord par défaut, face à ses absences des sélections françaises, auquel il a finalement pris goût. Jusqu’à découvrir la grande équipe d’Italie, dès le prochain Tournoi des 6 Nations ? « Je suis en contact avec la fédération italienne sur ce sujet », se contente de commenter le jeune homme. Une perspective qui ajouterait encore à son conte de fées, et le ferait passer en trois mois d’Espoir à international.

 

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?