Montpellier, pas si facile

  • Montpellier, pas si facile
    Montpellier, pas si facile
Publié le

La largesse du score et le bonus offensif décroché par Montpellier cache un match longtemps disputé, symbolisé par le match de François Steyn. Longtemps en difficulté, il a été décisif en fin de match.

Avec une équipe remaniée, avec notamment la première titularisation à l'ouverture cette saison de l'Australien, Mike Harris, et la première apparition en Top 14 du jeune pilier, Hamza Kaabèche, Lyon ne faisait aucun complexe. D'entrée, il tapait une pénalité en touche et le flanker, Liam Gill, aplatissait sur la ligne (4e). Lyon tenait en défense et Steyn (15e) puis Paillaugue (20e) ratait chacun une pénalité. Fanny face aux perches, Montpellier devait s'en remettre à un doublé de son capitaine, Louis Picamoles (16e, 35e), pour ne pas être dans le doute à la pause (10-7). Et remercier Benoît Paillaugue pour avoir poussé Gill en touche juste avant qu'il aplatisse (26e).

Après la pause, Nagusa, partait derrière un ruck, profitant d'une erreur de placement des Lyonnais, et du travail de Kélian Galletier (17-7. 42e). Pour un break définitif ? Non. Un essai de Regard (45e. lire l'action) et une pénalité de Mike Harris (52e) entrecoupée d'un drop raté de Steyn (48e) permettait aux Lyonnais de revenir à hauteur.

A l'entrée du dernier quart d'heure, le calvaire de François Steyn. Coup sur coup, l'ouvreur sud-africain, offrait deux essais à Nagusa, synonyme de victoire bonifiée. Tomane (76e) ajoutait un sixième essai pour donner beaucoup d'allure à un score beaucoup trop sévère pour les Lyonnais. 

Le tournant

En fin de première période, M. Gauzère a sorti deux cartons jaunes. Le premier, contre Benjamin Fall (27e) ne permit pas aux Lyonnais, devant au score, d'inscrire le moindre point. Au contraire, quelques minutes, plus tard le deuxième ligne néo-zélandais de Lyon, Josh Bekhuis quittait lui aussi ses partenaires (33e). Sur le lancer suivant, après une bonne combinaison, Louis Picamoles inscrivait son deuxième essai. Lyon avait raté une belle occasion d'enfoncer le clou.

Le fait du match

On attendait beaucoup de l'affrontement entre deux des meilleurs alignements de Top 14, derrière lesquels l'équipe marque quasiment la moitié de ses essais. De Louis Picamoles à Liam Gill, en passant par Thibaut Regard ou Joe Tomane, les deux équipes sont restés dans leurs standards, avec quatre essais sur huit marqués après des lancers.

L'action

Après l'essai de Nagusa au retour des vestiaires, on craignait les Lyonnais sonnés et Ko pour le compte. Mais ils retournaient de suite dans le camp montpelliérains. Sur un lancer sur les vingt-deux, Jonathan Pélissié et Toa Halafihi feintèrent un départ. Thibaut Regard se proposa pour une croisée et pris à contre-pied toute la défense adverse pour un essai imparable entre les perches.

Le joueur

Pour sa deuxième titularisation de la saison à l'ouverture, François Steyn a longtemps vécu un calvaire. En échec total au pied (2 transformations, 2 pénalités et 1 drop raté pour 1 transformation réussie), il a été sifflé en deuxième période par son public. La mine déconfite, le Sud-Africain a réussi à sauver son match en adressant la passe décisive à Nagusa (69e). A voir la joie du joueur, et de ses coéquipiers, il revenait bien de loin. Dans la foulée, il attaquait la ligne, et adressait une passe de l'extérieur du pied à Nagusa pour le triplé de l'ailier. L'ouvreur a retrouvé la confiance au meilleur moment.

Les meilleurs

Gill, Puricelli, Pélissié, Ivaldi ; Picamoles, Paillaugue, Nagusa, Steyn

Par Sebastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?