Les 6 se détachent

  • Les 6 se détachent
    Les 6 se détachent
Publié le , mis à jour

C’est le grand enseignement de cette dix-septième journée de Pro D2 : le classement est enfin limpide et lisible. À l’heure de refermer le livre de 2017, la photographie du championnat est on ne peut plus claire.

Un leader omnipotent (Montauban) compte cinq points d’avance sur cinq équipes qui complètent le lot des qualifiés. Ce groupe de qualifiables pointe cinq unités devant un ventre mou bien dessiné (huit équipes). En bas de tableau, les actuels relégables devront compenser un débours de trois et cinq points pour espérer entrer dans le rang des maintenus. Cette dix-septième journée fut une charnière dans la saison. Les six équipes de tête ont gagné. Au contraire, Béziers, en perdant sans combattre à Vannes (32-0), a échoué dans son entreprise de monter dans le bon wagon. Voilà les Biterrois distancés à la septième place, à cinq points du sixième Colomiers, qui lui a su gagner son match contre Dax (31-12) pour s’inviter à la table des grands. Le leader Montauban impressionne toujours. Il a été chercher une septième victoire à l’extérieur sur la pelouse d’Aurillac (22-16). Si la manière peut faire débat (lire en page de match, N.D.L.R.), force est de constater que le bilan des Tarn-et-Garonnais est de très haut vol. Les Montalbanais ont une belle marge de sécurité puisqu’ils comptent déjà cinq points d’avance sur leur dauphin Mont-de-Marsan, tombeur de Massy à Guy-Boniface (24-12). Si elle est sérieuse à domicile sur la phase retour, l’USM a toutes les clés en main pour conclure la saison en position de force. Derrière, Perpignan a facilement écarté Narbonne (26-3) pour terminer l’année 2017 à la troisième place, devant des Grenoblois vainqueurs de Bayonne (28-23). Biarritz, cinquième, et Colomiers, sixième, ont respectivement dominé Soyaux-Angoulême et Dax et s’offrent le droit de rêver à un printemps radieux.

En bas de tableau, les deux Audois connaissent des sorts différents. Après des débuts catastrophiques, Carcassonne relève la tête et a gagné contre Nevers (24-14), entretenant l’espoir d’un hypothétique maintien. Pour Narbonne, au contraire, tout va de mal en pis. L’actuel quinzième a connu sa onzième défaite de la saison à Perpignan. Nevers, dans le dur en cette fin d’année civile, devra serrer le jeu en 2018 mais reste maître de son destin.

Par David Bourniquel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?