Un bon début

Après une équipe cadette la saison dernière, le RCT, dernier club de Top 14 dont l’association support ne disposait pas d’une section féminine, a engagé une équipe dans le championnat senior, en Fédérale 2.

Après une équipe cadette la saison dernière, le RCT, dernier club de Top 14 dont l’association support ne disposait pas d’une section féminine, a engagé une équipe dans le championnat senior, en Fédérale 2. A la barre, se trouve Didier Salvarelli, ancien entraîneur de La Valette en Armelle-Auclair, et Pascal Picard, l’ancien deuxième ligne toulonnais. Tous les deux dirigent notamment leurs filles respectives, Alizée Salvarelli, flanker, et Bonnie, troisième ligne centre. Parmi elles figurent d’autres joueuses expérimentées : Cyndy Hebe, talonneuse, Anaïs Delblanque, pilière droit, et Virgine Laporta, l’ancienne arrière ou ouvreuse de La Valette, qui entraîne les cadettes, avec Benoît Lauze. Au total, le groupe réunit une quarantaine de joueuses au profil variées, entre des étudiantes ayant opté pour un club, des débutantes, des anciennes joueuses tentées par une nouvelle expérience. «Il y a près de 40% de débutantes, juge Didier Salvarelli. Certaines viennent d’autres sports. Au centre, j’ai une ancienne basketteuse et une ancienne handballeuse qui manient bien le ballon. La mayonnaise a bien pris.» Au point que les Toulonnaises pointent à la deuxième place de leur poule, à égalité avec Nîmes (19 points), derrière Marseille (24 points). «Au départ, nous n’avions pas d’objectifs particuliers, mais si nous pouvons nous qualifier, nous le ferons. Après, il ne faut pas s’attendre à ce que nous montions en Top 8 en trois ans.» Si le club a longtemps attendu une équipe féminine, celle-ci est la sensation du moment sur la rade. Les joueuses s’impliquent dans l’association et l’effet de curiosité joue à plein. Les jours de match, le public répond présent. «Les clubs de supporters nous soutiennent, se réjouit Didier Salvarelli. Ils viennent mettre l’ambiance avec le tambour.» Et le pilou-pilou résonne après les matchs, entonnée par les joueuses...

Par Sébastien Fiatte