Bayonne n’a pas pris l’eau

  • Bayonne n’a pas pris l’eau
    Bayonne n’a pas pris l’eau
Publié le

Dans des conditions climatiques très compliquées, l’Aviron a mis fin à la série Montalbanaise et s’impose 20-5.

Sous le déluge de Jean Dauger, l’Aviron, le vent dans le dos, dominait largement la première période. Mis en marche par une percée de Benjamin Thiery dès la 2ème minute, les locaux posaient leurs bases dans camp Montalbanais pendant la quasi-totalité du premier acte. Ambitieux dans leurs choix, à l’image des pénalités non tentées, la pluie rendait la manœuvre difficile pour des ciel et blanc qui devaient se contenter du pied de Willie Du Plessis, pour ne mener que 6-0 à la pause. Les vert et noir, indisciplinés et sans la moindre occasion à se mettre sous la dent, limitaient la casse. Avec le vent dans le dos en seconde période, la donne pouvait-elle changer ? Incapable de franchir l’en-but de l’USM au cours des 40 premières minutes, l’Aviron trouvait la faille quatre minutes après la reprise (lire plus bas), pour prendre le large (13-0). La réponse de l’USM était immédiate. Elle était initiée par une percée de Sukanaveita, mais la défense ciel et blanche ne flanchait pas. Leur bonne organisation défensive posait également des problèmes aux ballons portés Montalbanais, qui ne trouvaient pas de solution. De son côté, l’Aviron prenait le large, juste avant l’heure de jeu, après un essai en force de Van Lill (20-0). L’USM sauvait l’honneur en toute fin de match, après un essai de Vanai, mais devait s’incliner 20-5. 

L’essai du match : Fuster soulage Jean Dauger

Rentré deux minutes plus tôt, Jérôme Bosviel est contré sur un dégagement dans son propre camp. Peyo Muscarditz s’empare du ballon, progresse dans le camp Montalbanais et est bien relayé par Pablo Huete. Après un ruck, Simon Labouyrie, lancé, rapproche les siens de l’en-but, puis, sur le temps de jeu suivant, Bastien Fuster franchit la ligne pour soulager Jean Dauger. 

L’homme : Pieter Jan Van Lill

Dans ce match d’avants, la palme aurait pu revenir à Benjamin Thiery auteur d’une belle partie. Mais on la remettra à Pieter Jan Van Lill, précieux dans le pack ciel et blanc. Le numéro huit, titulaire de dernière minute, a enchaîné les grosses charges dans la défense de l’USM et a marqué le deuxième essai de son équipe en force. 

Le fait : Bayonne domine la première période mais ne score pas

En première période, les ciel et blanc ont eu de nombreuses munitions pour creuser l’écart. Comme cet essai, logiquement refusé à Peyo Muscarditz pour un en-avant, ou ce coup de pied à suivre trop long de Martin Laveau, qui avait fait la différence. Des occasions non concrétisées, qui ne permettaient pas à l’Aviron d’être récompensée de sa grosse première période. Avant de corriger tout ça en seconde période... 

Les meilleurs

À Bayonne : Taufa, Labouyrie, Huete, Van Lill, Muscarditz, Thiéry

À Montauban : Sergueev, Caisso, Sukanaveita.

Par Pablo Ordas

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?