• elles vont s’accrocher
    elles vont s’accrocher
Publié le / Modifié le
Compétitions

elles vont s’accrocher

Gaillac - Les Lionnes tarnaises connaissent une saison difficile. Il en faudra plus toutefois pour éteindre leur enthousiasme.

Il est des saisons comme ça, où la malchance le dispute aux blessures et où les résultats ne sont pas ceux qui étaient escomptés. Les Gaillacoises, avec un effectif plus fourni que l’an dernier, peinent à trouver leur rythme de croisière et ont déjà perdu cinq fois au sein de cette poule 3 de Fédérale 1 féminine. L’objectif de qualification visé par les Gaillacoises sera difficile à tenir, même s’il n’est pas encore mathématique caduc. Les protégées de Dany Linarès doivent désormais remporter tous leurs matchs pour espérer s’asseoir sur un des strapontins qualificatifs. L’emblématique présidente reprend : « Nous sommes sixièmes sur 8. Je pense que pour le maintien nous pouvons dire qu’il est acquis, car nos adversaires sont loin derrière (12 points, N.D.L.R.). Mais nous ne voulons pas nous contenter de finir dans le ventre mou alors nous allons nous battre jusqu’au bout pour arracher une phase finale. Même si cette année, nous avons beaucoup de vents contraires... » En effet, selon la présidente gaillacoise, les résultats mitigées obtenus jusqu’alors par les Lionnes s’expliquent par deux facteurs très simples : le manque de réussite dans les moments clés et les nombreuses blessures qui frappent le groupe. « Nous avons perdu beaucoup de matchs sur des détails, explique la présidente. Prenons celui face à Mont-de-Marsan, où nous prenons un essai évitable sur la dernière action. Je pense que le match nul aurait été mérité. Pour ce qui est des blessures, nous en avons énormément, et des graves ! Je pense à Adeline Benne, qui pourrait être contrainte à l’arrêt du rugby à cause d’une hernie discale. Aurore Sirgue s’est fait les croisés, selon l’expression consacrée… Bref, nous jouons de malchance et j’espère que 2018 va nous permettre de repartir d’un bon pied. » Premiers éléments de réponse le 21 janvier prochain, avec une réception de Pau. La victoire sera impérative pour continuer à rêver à une hypothétique qualification.

Une présidente fatiguée mais toujours là !

Dany Linarès, elle, ne désespère de se trouver un remplaçant. « Il y a déjà plus de quinze ans que je suis à la tête de cette section féminine. L’heure est venue pour moi de passer la main mais je ne me trouve pas de successeur. Les candidats sont peu nombreux. J’aimerais pouvoir profiter de ma famille et de mes petits-enfants. Le rugby, c’est toute ma vie, cela me prend beaucoup de temps. Je suis fidèle au poste mais fatiguée. Cela commence à me peser. Pour autant, je ne me vois pas partir sans avoir assuré le futur. Je veux laisser cette section entre de bonnes mains. » Le message est passé, Dany !

 

Par David BOURNIQUEL

midi olympique
Réagir