La tête haute

  • La tête haute
    La tête haute
Publié le , mis à jour

 Bien qu’en bas de classement, les Ampuisaites gardent le moral et espèrent ne pas avoir dit leur dernier mot.

Une fois n’est pas coutume, Ampuis se traîne en bas de classement de Fédérale 2. Avec onze points, les Ampuisaites précèdent seulement les Phénix de Grane, qu’elles recevaient hier au Verenay. Pourtant, au classement, les joueuses d’Olivier Faure et Marc Feuerstein présentent à première vue un bilan positif de trois victoires, pour deux défaites. Seulement, elles comptent en fait un revers de plus, à Marseille, par forfait, le 5 novembre. À la défaite sur tapis vert s’est ajoutée deux points de retrait au classement. Une addition salée qui pèse lourd dans la balance. « Nous avions des absences en première ligne et nous aurions joué au risque de blesser des joueuses », ne regrette pas Olivier Faure.

Comme un rêve 

Se qualifier apparaît comme un rêve pieux. Les trois prochains matchs les emmèneront au soleil : à Toulon, Marseille et Nice. Et derrière l’ogre marseillais, la place vaut très chère et Toulon et Nîmes semblent avoir une longueur d’avance. Mais on ne baisse pas les bras, on garde la tête haute, et a minima, on a envie de jouer à fond le rôle d’arbitre dans une poule serrée. Avec le renfort de plusieurs jeunes joueuses, et le retour sur le pré de l’ouvreuse Estelle Lamerat, longtemps gênée par genou, les Ampuisaits espèrent ne pas avoir dit leur dernier mot d’ici la fin de saison. Surtout que pour continuer à prospérer, elles n’ont pas dit leur dernier mot concernant une équipe cadettes, dont le projet, que ce soit avec Rive-de-Gier ou avec Ozon, n’a pas pu aboutir cette saison. Pour se développer, le club envisage de monter un tournoi de rugby à VII au printemps, où il inviterait ses voisins de Fédérale (Lyon, Bron, Reel XV)

Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?