Le retour de Marc Baget

  • Le retour  de Marc Baget
    Le retour de Marc Baget
Publié le

Retraité du rugby pro, reconverti, le Tarbais d’origine n’avait pas envisagé de redevenir acteur. Pour l’affect, il a repris son rôle et découvre la vraie vie.

Qu’ils soient vrais ou faux, heureux ou tristes, les come back sont toujours enveloppés d’un voile de nostalgie étrangement teinté de compassion. Si le retour au rugby de Marc Baget suscite l’intérêt, c’est parce qu’il se distingue du genre commun et qu’il n’était ni programmé ni prévisible. Le Tarbais est sorti du circuit quand son contrat à Agen n’a pas été renouvelé par Christian Lanta. Il venait de vivre sa passion à vive allure, de l’école de rugby de Tournay à ses sept saisons à l’Aviron bayonnais dont deux en qualité de capitaine d’une aventure humaine inégalable. De ses années Crabos-Espoirs à Pau et Marcoussis, à son premier contrat pro à 19 ans au BO de Lagisquet champion de France. Pour enfin, après un détour par Béziers, revenir à Agen en Top 14 invité par Mathieu Blin à remonter dans le grand 8. Et puis, Marc Baget souffrant du dos a tiré sa révérence pour faire une découverte : « Je n’étais pas habitué à la vraie vie, je savais que j’étais privilégié. J’ai été élevé à la campagne, à la maison tout le monde travaillait, mes parents commerçants ambulants et mon grand-père agriculteur. Je n’ai pas de regrets, je me suis régalé et j’ai tissé des liens partout mais je n’ai pas été épargné par les blessures. » L’extraction du terrain aurait pu être douloureuse sans l’opportunité offerte d’intégrer l’école des assurances AXA. Diplôme en poche, Marc s’est installé à Tarbes où résiste son club de cœur, celui de ses jeunes années, et sans doute en serait-il resté là si l’excellent président de l’US Orthez, Alain Suzan, flairant le bon coup, ne s’était fendu d’un appel au « retraité ». D’abord un refus, puis un accord, fin décembre dernier lorsque la possibilité d’intégrer AXA à Orthez s’est présentée.

Le pacte de Tournay

C’est ainsi que le dimanche 21 janvier, Marc Baget est entré sur le terrain en qualité de titulaire. Inimaginable après six mois sans le moindre entraînement. « Dans ma tête je n’étais plus joueur de rugby et quand il a fallu repartir j’ai cherché mes crampons dans les cartons. À l’entraînement un joueur m’a prêté son K-way, incroyable, il n’y avait rien de calculé et les mecs de l’équipe ont été adorables. Je ne suis pas en forme même si j’ai fait 80 minutes dans la boue, sinon j’ai de bonnes sensations et autour de moi ça pige le rugby. J’arrive dans une équipe qui tourne dirigée par deux très bons entraîneurs. Je suis surpris du niveau de la Fédérale et les mecs arrivent à l’entraînement après huit heures de travail. Pour se faire plaisir. » Marc Baget ne se projette pas, il est venu humer cette odeur de vestiaire dont il était accro, éprouver une ultime fois les vertus de la camaraderie. Après seulement il verra, mais derrière ce surprenant retour se cache une belle histoire. Celle de deux copains assis 29 ans plus tôt sur le même banc de l’école de rugby de Tournay, puis du Stado Tarbais. Marc et Bastien Bielsa troisième ligne de l’USO depuis dix ans avaient alors signé une sorte de pacte : « Ce serait bien si un jour nous finissons ensemble. » L’affect a été le plus fort, et le destin a poussé la malice jusqu’à permettre aux deux amis de finir leur carrière en portant les mêmes couleurs rouge et noir du club tournayais de leur origine. « Dimanche, avec Damien (Bielsa) à mes côtés, quand j’ai enfilé la première chaussette rouge et noire, un regard a suffi. Nous nous sommes revus ensemble à 6 ans. » À Orthez, l’avenir de Marc Baget se dessinera plus tard avec Alain Suzan qui a su placer leur relation sur le plan humain. Il a cependant fait une promesse à ses amis tarbais : la saison prochaine il accepterait d’entraîner les Cadets. Comme une sorte de retour aux sources, émotions garanties.

Par Gérard Piffeteau

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?