Massy en chantant

  • Massy en chantant
    Massy en chantant
Publié le

LES FRANCILIENS ONT SU RESISER A UNE RUDE ENTREE EN MATIERE DE NEVERS POUR IMPOSER LEUR RUGBY. UNE LEÇON DE STYLE ET DE REALISME.

Le résumé

Quelle tournure aurai pris cette rencontre si Nevers avait trouvé la faille dans les premiers instants ? Les hommes de Xavier Péméja ont complètement dominé les vingt-cinq premières minutes de jeu, qu’ils ont passées dans le camp de Massy. Pénaltouche, jeu au large, et grandes percussions : Massy a courbé l’échine durant cette période. Mais sans jamais rompre. Les Nivernais ont achevé cette période avec seulement trois points au compteur, et dans la seconde qui a suivi, les Franciliens ont adressé à leurs visiteurs une leçon de réalisme. La première incursion dans le camp de Nevers a donné trois points sur pénalité. La seconde s’est achevée sur un essai du capitaine Christophe Desassis. Massy, qui n’avait pas vu le jour, a pris le match à son compte en deux coups gagnants (10-3). A partir de cet instant, le jeu de Nevers s‘est appauvri, et Massy a encore élevé le niveau du sien. Au temps de jeu répétés sans génie de Nevers, les Franciliens ont répondu par des actions tranchantes. Jusqu’à inscrire un deuxième essai sur un fait de jeu (50eme), et sceller rapidement le sort de la rencontre. L’essai inscrit par Jean-Baptise Bruzulier à la toute fin de la rencontre (81e) n’a rien changé pour Nevers, qui est reparti vierge de ce déplacement.

 Le tournant

Il a eu lieu à la cinquantième minute, à la suite d’un fait de jeu. Massy menait 13 à 6. Le buteur nivernais Mathieu Belie venait juste de réduire le score, et Nevers initiait une action depuis son propre terrain pour revenir dans le camp de Massy. Le contest de Massy dans un ruck a provoqué une faute au sol nivernaise. A quarante mètres, les Massicois ont pris les points. Mais le buteur maison Thomas Girard a tapé sur le poteau, et ce sont les Massicois qui ont récupéré la balle. Quatre temps de jeu plus tard, l’ailier fidjien Setareki Bituniyata s’arrachait au ras d’un ruck pour aplatir. Et là Girard a transformé. Depuis une action nivernaise, avec l’aide du poteau, le score est passé à 20 à 6.

L’essai du match

Il a été inscrit par le capitaine massicois Christophe Desassis à la 32ème minute du match. Massy avait encaissé pendant les vingt-cinq premières minutes de jeu les coups de boutoir de Nevers. Sans broncher. A la fin de cette période de forte domination, les Nivernais n’avaient récolté que trois points. Massy a repris le match en main, et sur sa deuxième incursion dans le camp de Nevers, a réussi à passer la ligne, à la suite d’une séance rapide de pick and go très dynamique. Une semaine après avoir manqué un succès à Dax en raison d’une inefficacité déprimante devant la ligne landaise - 20 minutes de défi physique maladroit pour un seul essai inscrit à la 81ème minute - les Massicois ont complètement rectifié leur comportement.

L’homme du match

Le troisième ligne aile de Massy Steven David célébrait contre Nevers sa cinquième titularisation de la saison. Depuis deux matchs, son intégration a été favorisée par la blessure du titulaire habituel Clément Ancely. C’est peu dire qu’il a profité du temps de jeu qu’on lui a donné pour faire étalage de sa progression. Ce jeune joueur (23 ans) formé à Massy est en pleine éclosion. Alors que son équipe souffrait, pendant les 25 premières minutes, de la pression physique imposée par les Nivernais, l’une des ses interventions au coeur d’un maul progressant a empêché un essai de Nevers. Toujours pendant ce début de match lors duquel les Nivernais ont tout tenté pour essayer d’aller à dame, sa présence en défense a été très précieuse. Il a eu le placage raide. Et à partir du moment où son équipe a pris le match à son compte, ses interventions tranchantes dans la ligne ont permis de créer des décalages. C’est sur l’une de ses prises de balle que Massy a pu progresser de 60 mètres pour se rapprocher prés de la ligne adverse, et au bout du compte, marquer un essai qui a renversé le cours de la partie en faveur des siens (32e). Pendant cette première mi-temps, il a fait étalage de tout son talent. 

 

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?