le sens des valeurs

Dans l’incapacité de prétendre à la montée en fin de saison, le club savoyard n’entend rien lâcher aujourd’hui comme demain. 

La soirée avait bien commencé pour les Chambériens puisque juste avant le coup d’envoi, le président Yves Garçon affirmait au micro du stade que le SO Chambéry n’était pas mort contrairement aux rumeurs. Il ajoutait que le matin même une réunion avait eu lieu pour mettre au point les travaux de rénovation du stade. Le message était certainement déjà passé dans les vestiaires si l’on considère la détermination avec laquelle les joueurs ont entamé cette rencontre. Dépassés au score à la mi-temps suite à un essai transformé marqué à l’ultime minute, les Chambériens voyaient leur capitaine Damien Vicente, blessé, et c’est Fabien Nabias qui prenait son rôle : « C’était un match très difficile, ça tapait fort. En recevant le premier de poule qui vise la montée directe, il fallait s’attendre à un tel match. On devait se remettre en confiance chez nous, devant notre public. Nous avons fait une belle partie, c’est bon pour l’équipe, pour le moral. » La blessure de Brice Ferrer lui a-t-elle fait peur ? « Oui c’est mon ami, il a fait une grave commotion. Ensuite, il a repris ses esprits et c’est bien. On a eu peur mais je pense que cela nous a soudés encore plus et nous a permis de ne pas lâcher à la fin. On restait sur trois défaites à l’extérieur et étions dans une situation un peu ardue, cette victoire redonne le sourire et le moral. » 

premier essai pour garcia

Auteur de son premier essai avec Chambéry, le talonneur Quentin Garcia soulignait l’état d’esprit qui régnait dans le vestiaire. « Aujourd’hui, nous avons retrouvé les valeurs de Chambéry, nous ne pouvons pas monter cette saison, pas disputer les phases finales mais nous avons retrouvé un objectif. On va respecter les adversaires, se respecter nous-mêmes, respecter le rugby et continuer notre petit bonhomme de chemin en allant le plus loin possible et montrer que cette année nous aurions dû et pu jouer ces phases finales. Il faut que ce groupe écrive une histoire ensemble. » Non le rugby n’est pas mort à Chambéry et avec un tel état d’esprit l’équipe peut montrer de très belles choses à ses supporters qui redemandent de tels matchs.

Par Paul Ragniel