Ils reviennent d'entre les morts

  • Ils reviennent d'entre les morts
    Ils reviennent d'entre les morts
Publié le , mis à jour

Exceptionnels de courage et d'abnégation, les Carcassonnais triomphent de Colomiers et fondent sur Dax, sur qui ils ne comptent plus que deux points de retard. Inespéré il y a un mois à peine.

Résumé

Ils étaient perdus, exsangue, condamnés. Un mois est passé et, à la faveur d'un début d'année 2018 exceptionnel, les Carcassonnais ont repris goût à la vie. En disposant de Colomiers lors de cette 23e journée, les hommes de Christian Labit sortent de l'abîme pour la première fois depuis le début du championnat. Ils sont à deux petits points à peine du premier maintenu, Dax, battu chez lui par Soyaux-Agoulême ne fut pas sans heurts. Comme à Montauban, comme à Vannes, les joueurs de l'USC ont fait preuve d'une grande force de caractère pour s'imposer. Réduits rapidement à 14, menés de dix points, ils n'ont jamais baissé les bras et ont construit patiemment leur retour, s'appuyant sur les fautes de Columérins pas très inspirés et sur les inspirations d'Antoine Lescalmel, très bon dans la gestion du jeu ou de Benoît Lazzarotto, qui n'a pas raté l'occasion de faire basculer le match sur un contre de 100 mètres. Le reste n'est que littérature. Virant en tête à la pause de manière inespérée, Carcassonne ne pouvait plus perdre. L'envie de vivre était la plus forte. Antoine Lescalmel faisait vivre le score, Gauthier Bruté de Rémur confirmait sa belle forme du moment en inscrivant l'essai de la libération en début de deuxième mi-temps. Avec un peu plus de marge (30-16, 60e), Carcassonne pouvait gérer la fin de match. Et savourer. Leka Tagotago inscrivait un quatrième essai, synonyme de bonus offensif mais Cédric Coll privait les Carcassonnais de ce point supplémentaire à la 78e. Jonathan Faamatuainu ajoutait même un dernier essai columérin à la 80e+3. Maxime Lafage ratait la transformation qui aurait offert le bonus défensif aux siens.

Le fait

Carcassonne inverse la tendance en dix minutes. Incroyable jeu de rugby ! Alors que l'USC était très mal engagée dans ce match, en étant menée de dix points après avoir évolué en infériorité numérique (13-3 pour Colomiers, carton jaune de Panizzo), les Carcassonnais ne se sont jamais affolés. Ils sont restés au contact grâce au pied d'Antoine Lescalmel et un essai de Kévin Gimeno qui les a laissés dans la partie alors que d'aucuns les pensaient à terre. Mieux, sur un contre de 100 mètres, Benoît Lazzarotto et ses jambes de feu ont donné sept points d'avance aux Carcassonnais juste avant la pause (20-13, 37e). Un résultat inespéré quelques instants plus tôt.

L'essai

Kévin Gimeno relance l'USC. On joue la 27e minute et les Carcassonnais viennent de prendre un gros coup sur la tête avec l'essai quelques instants plus tôt de Maxime Laffage, donnant dix points d'avance à des Columérins pas vraiment souverains. Antoine Lescalmel trouve une belle pénaltouche dans les 22 mètres columérins. Un alignement bien structuré et quatre temps de jeu plus tard, le troisième ligne aile Kévin Gimeno s'écroule en force sous les poteaux. Lescalmel transforme, ramenant les siens à trois points (13-10, 27e). Grâce à cette réaction d'orgueil immédiate, les Carcassonnais n'ont pas douté et sont restés dans la partie. Revigorés, ils égaliseront sur une pénalité de ce même Lescalmel quasiment dans la foulée de cet essai (13-13, 32e).

L'homme

Toute l'équipe carcassonnaise mérite d'être mise en avant. Mais pour une fois pourquoi ne pas honorer un technicien ? L'USC n'est plus la même depuis sa prise de fonction en décembre dernier. Le technicien a transformé une équipe amorphe en machine à gagner en train de réussir l'une des plus belle remontée de l'histoire du Pro D2. Chapeau l'artiste.

Les meilleurs

à Carcassonne, Tison, Raynaud, Lazzarotto, Lescalmel, Koffi ;

à Colomiers, Lafage, Faleafa, Delmas, Kamea.

 

Par David Bourniquel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?