Objectif grand chelem

  • Objectif grand chelem
    Objectif grand chelem
Publié le , mis à jour

Dernière équipe invaincue dans la compétition, les Irlandais ont effectué un pas de plus vers le grand chelem en matant leur bête noire.

Après leur victoire in extremis contre la France à Saint-Denis (13-15) et la raclée infligée à l’Italie à Dublin (56-19), les Irlandais ont fait un nouveau pas vers leur objectif suprême, le grand Chelem qu’ils n’ont réalisé que deux fois dans l’histoire du rugby irlandais, en 1948 et en 2009. Avec ces trois victoires et le faux pas des Anglais en Ecosse, les Irlandais sont désormais les derniers prétendants au grand chelem.
En face, les Gallois ont payé cher leur indiscipline. Déjà auteurs de neuf pénalités contre l’Angleterre, les Diable Rouge avaient déclaré dans la semaine via leur entraîneur de la défense Shaun Edwards qu’ils voulaient réduire ce score.Las, ils en ont encore concédé neuf, les flankers Aaron Shingler et Josh Navidi étant régulièrement sanctionné pour leurs interventions musclées dans le jeu au sol. Malgré tout, les Gallois ont signé un retour fracassant en fin de rencontre au point d’être en position de gagner… Sauf que le jeune ailier Jacob Stockdale en décida autrement. Surgissant de nulle part, l’ailier de 21 ans intercepta la dernière offensive qui aurait offert la victoire aux Gallois et fila sous les poteaux quatre-vingts mètres plus loin.

La victoire de la nouvelle génération
Stockdale, auteur d’un doublé, est le symbole du renouveau irlandais. Joe Schmidt avait aligné six joueurs qui, réunis, ne totalisaient pas une trentaine de sélections. Stockdale signait sa septième apparition. Le puissant Bundee Aki a marqué son premier essai sous les couleurs de sa nouvelle sélection alors qu’il ne compte que quatre capes. Enfin, le troisième ligne Dan Leavy (6 sélections), titulaire en raison des absences de Sean O’Brien et Josh Van der Flier s’est lui aussi illustré en marquant un essai. Soulignons également la performance du centre Chris Farrell (2 capes), qui a fait oublier l’absence de Robbie Henshaw. Avec une telle profondeur d’effectif, les Irlandais (qui recevront l’Ecosse dans deux semaines) peuvent légitimement continuer à rêver de grand chelem.

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?