Joseph l’attend de pied ferme

  • Joseph l’attend de pied ferme
    Joseph l’attend de pied ferme
Publié le , mis à jour

Mathieu Bastareaud face à Jonathan Joseph : ce match dans le match est devenu un classique du rugby européen. Les deux centres se sont affrontés à deux reprises cette saison, chacun faisant valoir ses atouts.

Bastareaud contre Joseph, troisième round. Trois mois après une double confrontation en Coupe d’Europe, les deux centres vont de nouveau se retrouver face à face pour une belle opposition de styles. Lors du match aller, à Mayol, chacun avait exprimé ses points forts au cours d’un duel de hautes volées : Mathieu Bastareaud, tout en puissance mais aussi en dextérité, avait signé quatre passes après contacts au cœur de la défense, prestation récompensée par le titre d’homme du match, quand Jonathan Joseph, insaisissable, avait transpercé le rideau varois à deux reprises. Ma’a Nonu et Mathieu Bastareaud avait par moments été étourdis par ses déplacements rapides et ses subtiles feintes. La semaine suivante, au Rec, les deux internationaux s’étaient neutralisés. L’Anglais avait pris le soin de monter très vite sur le Français, avec systématiquement l’aide d’un assistant-plaqueur. Offensivement, il s’était restreint dans un rôle de passeur, Anthony Watson se chargant des étincelles offensives.

« Un adversaire avec un profil atypique »

Ce vécu fournit à Jonathan Joseph et au XV de la Rose une base de travail précieuse pour contenir Mathieu Bastareaud : « Je l’ai déjà affronté à plusieurs reprises, expliquait le joueur de Bath en fin de semaine dernière. C’est un adversaire avec un profil atypique : il est très efficace dans son style, il gratte beaucoup de ballons et est un porteur avec une densité physique supérieure. Mais ce n’est pas tant une question de taille. L’important, c’est la capacité à se mettre dans la bonne position et à adopter la tactique de plaquage adéquate. Je suis convaincu, qu’en tant qu’équipe, nous parviendrons à le maîtriser. Même s’il faudra s’y mettre à deux par moments. » Eddie Jones a identifié le Toulonnais comme un des hommes potentiellement dangereux dans le camp d’en face : « Mathieu Bastareaud donne à l’équipe de France une dimension différente en 12 ou en 13 mais il est capable de se mettre en valeur avec ses plaquages et ses passes après contact. » Par-delà sa prestation en attaque, il sera jugé sur son comportement défensif. Face à Jonathan Joseph, à ses crochets et ses accélérations, le capitaine du RCT devra relever les défis de la mobilité et de l’endurance. Sous peine de vivre une longue soirée avec ses partenaires des lignes arrière. 

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?