« Mathieu, ce n’est plus un jeune ! »

  • « Mathieu, ce n’est plus  un jeune ! »
    « Mathieu, ce n’est plus un jeune ! »
Publié le , mis à jour

Philippe Sella - Directeur du rugby du SUALGL’ancien international a bien connu Mathieu Bastareaud quand il était son manager avec les moins de 20 ans tricolores. Il porte son regard sur son évolution.

Qu’avez-vous pensé du retour de Mathieu Bastareaud contre l’Italie ?

Il a pesé sur la rencontre et fait des actions qui ont permis aux Français d’avancer.Ses off-loads, par sa manière de faire caractéristique, ont mis à mal la défense adverse. L’un d’eux est même très positif, à l’origine d’un essai français. C’est un retour très intéressant.

 Quel regard portez-vous sur son nouveau rôle de vice-capitaine au sein du groupe France ?

Mathieu a pris de l’espace à Toulon déjà.Il est là-bas depuis quelques années maintenant, joue dans le rugby professionnel depuis un moment et fait désormais partie des joueurs d’expérience. Mathieu Bastareaud, ce n’est plus un jeune ! On en a un peu l’impression quand on parle de lui.C’est vrai que quand je l’ai connu en 2008, il n’était pas prédestiné à être un patron.S’il était leader, c’était plutôt sur le terrain, de par son physique exceptionnel, dans un style qu’il sait faire.

Comment jugez-vous son évolution technique au fil des ans ?

 Mathieu est un joueur atypique, il y a très peu de joueurs avec son gabarit.C’est une très grande force pour lui.Il a toujours su utiliser sa puissance - c’est pour ça qu’il était sélectionné dans les différentes équipes de France d’ailleurs — mais il avait besoin de s’améliorer dans sa variété, dans sa faculté à surprendre ses adversaires.Il a connu une période de doute, où son jeu était lu parce que similaire, et il a su passer un cap en développant sa capacité à faire jouer après lui.Il est un peu plus passeur par moments pour permettre à son équipe d’aller plus loin, devient ce joueur qui décide de prendre le ballon ou pas pour attirer un ou plusieurs adversaires sur lui.Il sait bien jouer avec et sans ballon maintenant.Ce qu’il faut voir aussi, c’est sa capacité à répéter les actions.Il parvient à avoir cette répétition sur certains matchs mais cela doit devenir permanent.Car il peut peser encore plus selon moi.

Quand vous étiez manager des Moins de 20 ans, c’était la star de l’équipe. Le jeu tournait déjà beaucoup autour de lui.

Non, ce n’était pas une star pour nous.On ne le considérait pas comme ça en tout cas. Il y avait aussi des gens comme Parra, qui avaient également un statut.D’ailleurs, c’est un garçon plutôt discret dans un groupe.Au centre, il jouait avec Yann David, qui offrait un peu le même profil que lui.Il y avait aussi Wesley Fofona, qui avait fait le Tournoi des 6 Nations, mais s’était blessé pour la Coupe du monde.C’était le complément idéal de David ou Bastareaud évidemment.

Était-il particulier à gérer ?

Mathieu a son caractère.C’est quelqu’un qu’il faut connaître pour savoir l’apprécier.Si tu ne le connais pas, tu peux ne pas toujours comprendre.Pourquoi?Parce qu’il a une certaine timidité.C’est quelqu’un d’assez intérieur et ce n’est pas toujours facile de lui faire sortir ce qu’il ressent.C’est ce que je savais de lui il y a dix ans en tout cas.Je le connais moins maintenant, je le croise parfois et on se fait la bise mais je ne vis pas dans son environnement et je ne sais pas comment il agit au quotidien. Mais si on lui a donné ce rôle de leadership en club et en équipe de France, c’est qu’il a dû évoluer.Grandir aussi bien sûr.Le rugby lui a permis de prendre confiance.Cette confiance que tu prends sur le terrain, elle te sert hors du terrain également.Je connais bien ce phénomène !

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?