Toulouse, l’ascension

  • Toulouse, l’ascension
    Toulouse, l’ascension
Publié le , mis à jour

Grâce à un 4e succès d’affilée en Top 14 (5e toutes compétitions confondues) samedi à Bordeaux, Toulouse a assis son titre de meilleur élève de la phase retour et sa place dans le trio de tête.

Il y a un an, le Stade toulousain était déjà embarqué dans une spirale infernale qui allait le conduire jusqu’à la douzième place. Aujourd’hui, c’est l’exact opposé. Depuis de longues semaines, les hommes d’Ugo Mola sont irrésistibles et l’ont encore prouvé samedi soir, à Bordeaux, en signant leur quatrième succès de la saison en déplacement. Une cinquième victoire de rang, toutes compétitions confondues, qui assoit leur troisième position au classement, à seulement un point du Racing 92. Jusqu’où peuvent-ils aller ? « Vous savez d’où on vient, donc la moitié de la réponse est là, sourit l’entraîneur principal. Nos fulgurances sont intéressantes mais il y a encore du travail car on manque un peu de maîtrise. Mais la confiance est importante quand on sait la vague de sinistrose qui nous entourait il n’y a pas si longtemps. Il faut continuer à prendre des initiatives. Dès lors que nous avions le ballon, nous étions en mesure de mettre nos adversaires à mal. Mais on n’a pas vu un Stade toulousain à 100 %. » Car, si ses troupes ont réalisé le match parfait à l’extérieur en se montrant tranchantes et efficaces sur leurs temps forts, elles affichent une marge de progression évidente. Ce qui donne de redoutables espoirs pour la suite. « Tout peut aller très vite, on le voit, avoue Maxime Médard. Alors on travaille dans notre coin, on ne fait pas de bruit et on monte au classement. » Et d’ajouter ironiquement : « Mais tant qu’on ne parle pas de nous, ça nous va. » Cela va commencer à être difficile. Toulouse est tout simplement le meilleur élève de la phase retour avec 24 points engrangés sur 30 possibles, devant Pau et le Racing (21). « Je ne sais pas si notre équipe marque son territoire mais elle essaye de garder cette dynamique positive, assure Yann David. Pour l’instant, ça paye mais il reste beaucoup de rendez-vous. » Seulement, le fait de recevoir Montpellier et le Racing 92 durant les sept dernières journées pourrait amener les Stadistes à viser une des deux premières places directement qualificatives pour les demi-finales s’ils poursuivent leur série. Médard prudent : « On fait notre petit bout de chemin et on prendra ce qu’il y a à prendre. Pour l’heure, ça sourit. » Le thème de l’hiver.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?