Trinh-Duc, le vrai choix

  • Trinh-Duc, le vrai choix
    Trinh-Duc, le vrai choix
Publié le / Mis à jour le

Pour battre l’angleterre, le staff tricolore a fait le choix de titulariser françois Trinh-Duc à la place de Lionel Beauxis. Pour amener le petit plus à l’instant de conclure les occasions françaises dans la zone de marque mais également au nom de sa complicité avec Mathieu Bastareaud.

Lionel Beauxis ne devait pas s’y attendre, François Trinh-Duc non plus. Le premier avait, jusque-là, « globalement répondu aux attentes » du staff, dixit Jacques Brunel. Seulement, c’est bien l’ouvreur du RC Toulon qui débutera la rencontre face à l’Angleterre. « De l’extérieur, ce choix est vraiment surprenant, souligne le manager du Biarritz Olympique, Gonzalo Quesada. J’avais senti Beauxis plutôt à l’aise. Il avait fait le plus dur en évacuant ces premiers matchs depuis très longtemps avec l’équipe de France. Mais Jacques (Brunel) vit avec les joueurs, c’est lui qui sent le mieux son groupe. Avec son staff, ils ont sûrement senti François sur une bonne dynamique, plus en place que Lionel pour démarrer ce match. »

En creux, c’est ce que le sélectionneur a expliqué jeudi matin à l’instant de justifier son choix. « On l’a vu à l’aise à l’entraînement, c’est fluide avec les autres joueurs », a-t-il notamment déclaré. Et d’ajouter : « On attendait peut-être un peu plus de précision sur les zones de conclusion. On espère donc que François va nous apporter ce petit plus pour finir ces mouvements. Contre l’Italie, nous sommes rentrés quinze fois dans les 22 mètres, on n’a marqué que trois fois. C’est trop peu. »

Pour l’ancien demi d’ouverture des Pumas, qui connaît bien François Trinh-Duc, le choix de Brunel est, à n’en pas douter, aussi stratégique. « Avant l’Écosse, Jacques avait déclaré qu’il s’attendait à un match avec beaucoup de jeu au pied pour se sortir de la pression, Lionel avait cette qualité-là pour commencer la rencontre, souligne Quesada. Commencer avec François contre l’Angleterre, pour finir avec Lionel, ça peut donner une idée de ce que les coachs espèrent sur cette rencontre. Les Anglais attaquant très près de la ligne d’avantage, avec plusieurs joueurs autour du porteur de balle faisant peser une menace, en enchaînant de longues séquences, François a peut-être cette faculté de mieux défendre, à gagner ses duels dans sa zone. François est vraiment capable de mettre des plaquages positifs, offensifs. » De son côté, Brunel a préféré botter en touche sur cette fameuse question de la défense, assurant que les deux joueurs avaient, peu ou prou, les mêmes qualités. Beauxis a pourtant montré des difficultés dans ce secteur lors des derniers matchs...

Mais Jacques Brunel a de la mémoire. Le sélectionneur du XV de France était sans doute devant son poste de télévision ce 20 mars 2010. Ce jour-là, l’association Trinh-Duc-Bastareaud venait à bout de l’Angleterre (12-10) au Stade de France. Il a d’ailleurs, à plusieurs reprises, loué leur complicité sur le terrain. C’était vrai en Bleu par le passé, c’est toujours juste avec le RC Toulon. Et Brunel de conclure : « Quand on a joué et déjà battu ces Anglais, comme François et Mathieu, on a forcément des convictions. J’espère donc qu’ils transmettrontces convictions à leurs partenaires. »

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir