Le contrat de confiance

En trois matchs, le club de l’Ain a pris plus de points au classement que durant toute la phase aller. 

La nuit a été courte. Pas en raison d’une troisième mi-temps prolongée pour fêter la victoire assurée à Bordeaux-Bègles, la troisième consécutive. Oyonnax, concentrée sur l’objectif de maintien qui a toujours été le sien, n’entend pas se laisser griser par cette série. Mais l’avion du retour décollait de Bordeaux à 7 heures ce dimanche matin, et il a fallu se lever très tôt. Thierry Emin, le président de l’USO, confie : « On a eu le temps de savourer cette victoire, mais nous sommes déjà tournés vers la réception de Toulon. Ce sera notre Everest. » L’enchaînement victorieux réalisé par Oyonnax a bousculé pas mal de certitudes, mais pas celles du club de l’Ain. « Nous avons toujours eu confiance dans le jeu que nous voulions mettre en place. Mais il nous a fallu du temps. Nous n’étions pas loin, même si notre compteur ne tournait pas. Le match aller au Stade français a marqué un déclic », poursuit Thierry Emin.
Il en est sans doute un autre qui peut expliquer l’embellie haut-bugiste des dernières semaines, avec là aussi une base de confiance évoquée par Thierry Emin : « Ces dernières semaines, on m’a beaucoup demandé comment nous envisagions l’avenir. Sur ce point, il n’y a jamais eu de doute. La saison prochaine, nous savons que, quel que soit le niveau auquel nous évoluerons, notre staff sera le même, notre équipe aussi. Les joueurs en fin de contrat n’ont pas attendu pour signer des prolongations. C’est un signe fort qui démontre que ce groupe vit bien. »
C’est sur ces bases simples d’un système de jeu cadré et d’un véritable esprit de groupe qu’Oyonnax s’est appuyé pour revenir dans la course avec ce sentiment qui peut rendre fort de n’avoir rien à perdre. « On ne se projette pas, de même que l’on ne s’interdit rien », résume Thierry Emin, fier de voir son équipe troubler une fois de plus l’ordre établi ou supposé comme tel. C’est aussi le discours qui a été tenu dans les vestiaires bordelais. À la fin de la phase aller, Oyonnax ne totalisait que onze points. En trois matchs et autant de victoires, le club de l’Ain vient d’en glaner douze en s’appuyant sur le jeu, avec huit essais inscrits, et surtout sur ce contrat de confiance qui, depuis le début de saison, lie les joueurs et leur staff. Des atouts précieux pour continuer à entretenir le doute… chez ses rivaux.

Par Jean-Pierre Dunand