• Avec Rougé, ils veulent y retourner
    Avec Rougé, ils veulent y retourner
Publié le / Modifié le
Fédérale 3

Avec Rougé, ils veulent y retourner

Saint-Malo - Honneur. Malgré une première saison en fédérale 3 qui s'était très mal défoulée, Saint-Malo veut de nouveau tenter l'expérience. L'entraîneur Jordi Rougé a redonné confiance.

Le XV Corsaire de Saint-Malo fait partie de la petite famille des laminés de la Fédérale 3. À la fin de la saison 2016, ce promu avait immédiatement quitté la division qu’il venait de juste découvrir pour la première fois de son histoire, avec seulement un succès à son actif. Le championnat avait été long, très long. Ce fiasco avait une origine. À l’aube de cette première montée, des dissensions en interne avaient créé un schisme dévastateur, des licenciés ayant contesté jusque devant le tribunal le résultat des élections du bureau directeur. L’entraîneur avait claqué la porte là-dessus, et des joueurs cadres aussi. L’arrivée en Fédérale 3 avait été négociée avec un entraîneur roumain et ses recrues dépêchés dans l’urgence. À la fin de l’aventure, tout ce monde étant reparti chez lui, les Malouins avaient repris leur petite route dans leur championnat régional breton. Deux ans après, ils ont décidé qu’ils voulaient de nouveau tenter leur chance. Avec quasiment la même équipe de la « grande faillite », le XV Corsaire, à moins d’un retournement de situation, retrouvera la Fédérale 3 la saison prochaine. Sa grande nouveauté : l’entraîneur Jordi Rougé.

Un vent de fraîcheur

Dans cette ville balnéaire ou le club de football, comme partout ailleurs en Bretagne, siphonne à peu près toute l’attention de l’environnement politique et économique - on promet aux rugbymen un nouveau stade depuis trois ans sans que rien n’ait bougé depuis - le club de rugby s’est remis sur pied avec ses petits moyens en recrutant son « monsieur développement ». Le hasard a mis sur leur route l’ancien joueur de Massy, Nevers, et Tyrosse, contraint de mettre un terme à sa carrière à la suite d’une grosse blessure à un genou. Sa maman habitait Saint-Malo depuis sept ans. Lui venait de passer ses examens d’entraîneurs. Le club cherchait une figure. Jordi Rougé est arrivé la saison dernière tout frais tout neuf dans ses nouveaux habits d’entraîneur, sans grande expérience. « En seulement une année, le club avait déjà beaucoup changé, le salue son président Guy Vilon. Le centre d’entraînement a été monté, des partenariats ont été signés avec des établissements scolaires, et nous avons entrepris un travail dans le quartier défavorisé de « la découverte ». En un an, alors que le rugby hexagonal perdait des effectifs, les nôtres ont progressé de 25 %. »

Chez les seniors, l’ancien professionnel a trouvé « une belle bande de potes. La Fédérale 3 les avait un peu amochés, mais ils souffraient surtout d’un manque de projet cohérent. Du coup, ils ont complètement adhéré à ce que j’ai proposé. C’est vraiment cool. Je suis hyper heureux. C’est le rugby qu’on aime, avec beaucoup d’envie et de générosité. On a mis un peu de préparation physique dans la semaine. L’équipe a énormément progressé depuis un an. Les joueurs évoluent dans un cadre qui leur donne de la confiance, et c’est pourquoi je suis certain qu’ils pourront jouer leur carte en Fédérale 3 ». Si la montée se confirme, il faudra voir comment se comporte cette équipe qui avait tant subi. L’expérience dira si des joueurs complètement dépassés en 2016, sont capables de se montrer à la hauteur de la division en 2018, simplement à la faveur d’un nouveau cadre plus épanouissant. Ou comment changer des ânes en chevaux de course.

Par Guillaume Cyprien

Réagir