Massy au grand coeur

  • Massy au grand coeur
    Massy au grand coeur
Publié le , mis à jour

Tout au long de cette partie que les Catalans ont essayé d'amballer, les Massicois ont opposé leur vaillance défensive. Ils ont fait déjouer les leaders.   

Le résumé

Il faudra encore attendre avant que la chose ne devienne officielle, mais si le maintien des Franciliens devait survenir comme il le semble, on retiendra que Massy a arraché les derniers points nécessaires en faisant chuter un leader de grande envergure, à la force d’une conviction qui force le respect. Quel match en défense ! On n’a pas pu compter, tellement ils ont été nombreux, le nombre d’en avants commis par les Catalans, sans cesse mis sous pression par les Franciliens. Les hommes de Christian Lanta ont réussi à bouger cette équipe accrocheuse, mais excepté sur l’essai inscrit par Pujol en début de deuxième mi-temps (49e), ils ont toujours buté prés des ligne sur des retours défensifs convaincants. Le match avait débuté de la meilleure des façon pour les Franciliens, qui avaient pris le score d’entrée par un essai en contre (3ème). Perpignan a du courir après le score, en vain. Au tentatives mal finies de marquer des essais, ont été ajoutés les quatre échecs des buteurs. Le dernier échec de Ségy sur le poteau, n’a même pas permis d’inscrire le bonus défensif. En face, Thomas Girard a fait un 100% (5/5), et le mental a fait le reste. Un très grand match du promu.

Le tournant

Il a eu lieu sur la sirène, à la fin de la première mi-temps. Massy venait juste de récupérer le ballon en bord de touche sur les quarante mètres de l’Usap, mais en voulant le jouer plutôt que de le sortir, le centre Lester Etien a commis un en avant. En deux passes bien senties après la récupération, les Catalans ont déplacé le jeu sur l’autre aile pour un déboulé de cinquante mètres. Ils ont été tout proche de passer la ligne. Mais les Massicois sont parvenus à colmater les brèches, et après plusieurs placages efficaces, ont récupéré le ballon. Pour le relancer encore… Finalement, de façon assez sage, l’ouvreur remplaçant Sam Katz, rentré après la blessure du titulaire Louis Grimoldby, a envoyé la gonfle en touche. Grâce à ce retour défensif salvateur, Massy a pu conserver son avance de dix points au moment de rentrer au vestiaire. Et les Catalans sont partis au citron sans voir trouvé la solution face à leur défense agressive. 

L’essai du match

Il a été inscrit dés la troisième minute par l’ailier de Massy Benjamin Dumas, sur un contre. Les Perpignanais qui avaient reçu le coup d’envoi, envoyaient du jeu dynamique depuis le départ de la partie. Leur emprise physique avait porté ses fruits. A chacune de leurs initiatives, les Massicois reculaient. Mais sans céder. Sur l’un de leurs nombreux placages, ils sont parvenus à provoquer un en avant et à récupérer la balle. Et Mathieu Acébès s’est mis à la faute. A la faveur de l’avantage, l’ouvreur Louis Grimoldby a tenté un petit par dessus pour Baptiste Delage. Le ballon est retombé par terre, mais le centre francilien a réussi à taper dedans. S’en est suivi une partie de dribbling, à la fin de laquelle Benjamin Dumas a été le plus prompt à se jeter sur la balle pour aplatir. Et Perpignan a démarré ce match avec un handicap de 7 points.

L’homme du match

Aubin Mendes n’est pas l’ailier le plus utilisé à Massy. Il fêtait ce soir sa huitième titularisation. Mais à chaque fois qu’il joue, ce Massicois de souche - section rugby au collège Diderot - est animé d’un état d’esprit supérieur. Dés l’entame, ce joueur fin au physique très sec, a mis tout son coeur dans la partie. Ses « échanges » avec le bouillonnant Mathieu Acébès ont fait une belle animation. Et notamment celui de la 18ème minute. Bien que menés au score, les Catalans imprimaient un rythme difficile à suivre pour Massy. Mais une perte de balle dans les 22 de Massy a occasionné un dégagement lointain de l’arrière francilien Thomas Girard. Aubin Mendes est parti à la course chercher Mathieu Acebes et le projeter en touche à cinq de sa ligne. L’action suivante ne donnera rien, mais cette action défensive « offensive » a ragaillardi d’un coup cette équipe dominée jusque là. Comme souvent par ses interventions irréprochables, Aubin Mendes a remis les siens dans le sens de la marche.

Par Cyprien Guillaume

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?