Encore une fois si près du but

  • Encore une fois si près du but
    Encore une fois si près du but
Publié le / Mis à jour le

Entre un essai gag encaissé en début de match et une pénalité de la victoire ratée en fin de rencontre, les Français ont laissé filer un succès d’envergure qui leur tendait pourtant les bras ce samedi à Cardiff.

Le résumé

Quelle frustration ! Quand les Bleus étaient menés de huit points (3-11) à la 16e minute après l’essai de Liam Williams et les deux pénalités de Leigh Halfpenny, les Gallois semblaient se diriger vers un succès aisé. C’était sans compter sur la réaction française. Peu à peu, les troupes de Jacques Brunel ont pris la mesure de la rencontre et ont carrément fini par dominer leurs adversaires. Revenus à portée de fusil après l’essai de Gaël Fickou (20e), ils ont effectué une deuxième mi-temps quasiment parfaite. Si bien que les hommes de Warren Gatland n’ont pas inscrit le moindre point après la pause. S’appuyant sur une défense exceptionnelle et une conquête dominatrice après l’entrée d’un Rabah Slimani revanchard, les Français ont campé dans la moitié de terrain locale. Mais n’ont pas su valider leur supériorité. Pourtant, ils ont auraient sûrement mérité de l’emporter au Principality Stadium, ce qui leur aurait offert la deuxième place du Tournoi...

Le moment gag

Cela pourrait prêter à sourire si l’essai n’avait pas été encaissé par les Français. Les Bleus menaient 3-0 et on jouait seulement la quatrième minute quand ces derniers ont commis leur première grosse erreur de la rencontre. Sur un coup d’envoi qui peinait à atteindre les dix mètres, les hommes de Jacques Brunel laissaient rebondir le ballon et en perdait surtout la possession dans la confusion générale. C’est Alun-Wyn Jones qui le récupérait. Un peu plus tard, Scott Williams donnait un coup de pied à suivre. Aucun danger pour François Trinh-Duc en couverture… Sauf que, pour la deuxième fois en quelques secondes, les visiteurs allaient se montrer maladroits : l’ouvreur cafouillait et c’est Liam Williams qui en profitait pour s’emparer du ballon et marquer. L’erreur de jugement de Trinh-Duc coûtait très cher (5-3).

L’essai

Il a fallu attendre la 20e minute pour observer la première action de grande envergure des Français. Dans leur camp, Maxime Machenaud choisissait de partir dans le côté fermé puis servait Gaël Fickou. Ce dernier avançait dans la défense et donnait parfaitement à hauteur pour Adrien Pélissié. Après une course d’une trentaine de mètres, il trouvait le relais de Wenceslas Lauret. Derrière un passage au sol, la séquence pouvait rebondir rapidement et c’est François Trinh-Duc qui plaçait dans l’intervalle… Le même Fickou venu se proposer. Le Toulousain, replacé à l’aile et décidément intenable en ce moment, déchirait le rideau et s’en allait inscrire le premier essai des Bleus. Pour relancer l’espoir (10-11).

Le point fort : encore la défense

S’il est bien un secteur sur lequel les Français ont construit leur match ces dernières, c’est la défense. Hormis cette fameuse action gag qui a conduit au seul essai gallois en début de match, la muraille des Bleus a encore été impressionnante. Dans le sillage de Wenceslas Lauret ou Geoffrey Doumayrou infranchissables, les coéquipiers de Mathieu Bastareaud se sont parfaitement organisés collectivement. En plus de dominer physiquement sur de nombreuses séquences. Et que dire des grattages ? Dans les rucks, les Bleus ont fait la loi, à l’image de leur capitaine qui est allé récupérer un ballon précieux dans ses 22 mètres (77e), avant que Camille Chat ne l’imite (80e), alors que leur équipe cherchait à renverser le cours de la rencontre.

Le moment qui aurait pu tout changer : la pénalité ratée de Trinh-Duc (68e)

François Trinh-Duc, pourtant auteur d’un drop réussi dès la 3e minute, a vécu un cauchemar à Cardiff. En deuxième période, alors qu’il venait de rater une pénaltouche décisive (52e) puis de commettre un en-avant largement évitable (66e), l’ouvreur toulonnais se voyait offrir l’occasion de donner la victoire aux siens (68e). Maxime Machenaud était sorti et c’est lui qui prenait la responsabilité des tirs aux buts. La pénalité était située à 30 mètres des poteaux adverses, légèrement décalée. Donc dans ses cordes… Mais son coup de pied s’est dérobé et le ballon est passé à côté. Le XV de France a laissé filer un bel exploit sur ce coup.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir