Aurillac au bout de l'ennui

  • Aurillac au bout de l'ennui
    Aurillac au bout de l'ennui
Publié le , mis à jour

Les Cantaliens devaient prendre juste un point pour se maintenir. Ils en ont pris quatre au bout d'un match assez faible.

Résumé

Sûr d'être en Pro D2 l'an prochain, Vannes ne met que quelques secondes à rentrer dans le match. En face, les Cantaliens sont un peu plus à la peine. Heureusement avec un semblant de pression, mais surtout une touche et une mêlée dominatrices, Aurillac relève la tête. Mais voilà, il fait encore froid dans le Cantal et Aurillacois comme Vannetais ont bien du mal à assurer leurs passes, leurs lancements. Et sur la première action sans faute de mains, Aurillac se fait la malle avec Waqaliva qui a un boulevard pour aller aplatir en coin. Segonds transforme (7-0, 20e) et on croit qu'enfin la partie va se lancer. D'autant quelques secondes plus tard, le pilier droit de Vannes est prié de rejoindre le banc, concassé qu'il est par Nostadt. Mais une nouvelle fois, Aurillac va montrer ses limites en supériorité numérique, incapables de prendre le dessus et d'enchaîner. Au contraire de Vannes qui se montre plus incisifs. À l'image de Pic qui, sur une relance plein axe prend l'avantage sur tout le monde, part pour marquer un essai d'envergure, mais se mélange les doigts pour offrir le ballon à McPhee revenu comme il a pu. Alors c'est Moeke qui va punir les locaux par deux pénalités (34e, 40e) pour arriver à la pause avec une seule longueur de retard. Une première mi-temps à vite oublier.
La deuxième ne sera pas mieux. Un véritable calvaire pour tout le monde t une grande difficulté à développer quoi que ce soit. Le pied de Segonds donne un peu de large à Aurillac (10-6, 51e), mais Vannes va profiter d'un gros temps fort pour aller à dame. Après un mouvement de grande envergure, c'est Bouthier qui validera en coin (10-11, 57e). Le reste, une parodie de rugby et tous les acteurs en-deçà de leurs capacités. Les pieds de Segonds, Petitjean et Hilsenbeck assureront la fin du spectacle, enfin si l'on peut dire. 19-14 au final pour deux équipes que l'on retrouvera en Pro D2 l'an prochain.

Par Jean-Marc Authié

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?