Nevers : le droit de rêver

  • Nevers : le droit de rêver
    Nevers : le droit de rêver
Publié le , mis à jour

Nevers s’impose largement dans l’Aude et décroche même un bonus offensif dans le temps additionnel, qui lui permet de croire toujours à la qualification. Valeureux, les Narbonnais, déjà relégués en Fédérale 1, n’ont pas pu faire de miracle.

LE RESUME

Faute d’ambiance, dans un Parc des Sports et de l’Amitié déserté et sans voix, les rares spectateurs ont assisté à un spectacle de bonne facture, entre deux formations tournées vers l’offensive. Les dix essais marqués en sont la preuve. Deux équipes, qui ont sans cesse tentée d’attaquer, souvent de leur camp, mais qui ont commis trop de fautes de mains pour trouver de la continuité dans leur jeu. Et c’est Nevers qui a tiré son épingle du jeu, en s’appuyant sur une grosse mêlée, une densité physique supérieure et des individualités capables de faire des différences, comme Raisuqe, Herry ou Autagavaia. Les visiteurs s’imposent donc dans l’Aude, sans dominer totalement les débats, mais décrochent le bonus offensif dans les arrêts de jeu, grâce à un essai de Naqiri. Distancés de dix longueurs par Béziers et Biarritz, ils gardent un espoir de qualification à deux journées de la fin.

L’ESSAI DU MATCH

Un contre éclair et un exploit de Lucas Blanc qui fait la différence. L’action démarre d’un ballon arraché des mains de Navakadretia par Raisuqe sur les quarante mètres narbonnais. Le jeu rebondit rapidement et Nevers prend rapidement les extérieurs en multipliant les passes, pour trouver in fine Blanc sur l’aile opposée. Le numéro quatorze accélère, élimine trois défenseurs audois avant de redonner à l'intérieur pour son demi de mêlée Falealii qui n’a plus qu’à recentrer sa course pour aplatir entre les perches. Un ballon de turnover parfaitement exploité.

LE TOURNANT

Le carton jaune du centre de Nevers, Rudy Derrieux, relance Narbonne. Alors que les Jaune et Bleu mènent 18-5 à une minute de la pause et semblent de ce fait avoir le match en mains, le scénario de la rencontre va basculer sur un fait de jeu. Un en-avant volontaire sévère sifflé à l’encontre de Derrieux. Dans la foulée, Narbonne rate une première occasion en laissant échapper une touche à cinq mètres de l’en-but, avant de se montrer plus réaliste au retour des vestiaires. C’est le numéro dix Pierre-Alexandre Dut qui bonifie une belle action collective en s’engouffrant parfaitement dans un espace. Un essai, qui relança durant quelques minutes les débats.

LES MEILLEURS

A Nevers : Blanc, Raisuqe, Bastide, Herry, Autagavaia, Seneca, Genevois, Merabet ; à Narbonne : Nova, Durand, Collet, Lima

Par Julien Louis 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?