Clermont joue sa saison

  • Clermont joue sa saison
    Clermont joue sa saison
Publié le

Avec la perspective d’une demie à Saint-Étienne en cas de défaite de Toulon au Munster, les jaunards auraient toutes les raisons de croire à leur bonne étoile. En revanche, en cas de défaite à domicile face au Racing, la saison des champions de France en titre serait officiellement catastrophique…

Non, il ne s’agit pas d’un scoop, et encore moins d’une première depuis la non-qualification du Stade français en 2016. Non, même si rien n’est encore écrit mathématiquement, le champion de France en titre ne se qualifiera pas pour les phases finales du Top 14. Et même la méthode Coué soutenue la semaine dernière par Damian Penaud (« la qualification, j’y crois encore… ») ne devrait, à ce titre, pouvoir y changer quoi que ce soit après la déroute (49-0) subie à Toulon. Déjà satisfaits de s’être extirpés de la lutte pour le maintien à la grâce d’un exploit de Yato à Brive, les Jaunards savent plus que jamais que leur saison ne tient qu’à un fil, ou plutôt à une compétition. On parle bien sûr de cette Coupe d’Europe à laquelle ils consacrent tant d’efforts, depuis tant d’années… Cette saison ayant encore moins que les autres fait exception à la règle, au regard du degré d’investissement tellement différent constaté entre les rencontres hexagonales et continentales. Lequel a d’ailleurs coûté à Clermont aussi cher dans l’optique d’une qualification en Top 14 que son incroyable accumulation de blessures, ainsi qu’on a encore pu le vérifier à Toulon…

« Comme une province celte »

Alors, cette année peut-elle paradoxalement s’avérer la bonne pour les Clermontois ? De nombreux observateurs, y compris de l’autre côté du Channel, semblent à ce titre pencher pour le oui… « Les clubs français ont souvent estimé que les provinces celtes étaient favorisées sur le front européen, parce qu’elles se concentraient seulement sur la Coupe d’Europe, nous confiait récemment l’entraîneur irlandais de Newport, Bernard Jackman. C’est moins vrai depuis quelques saisons, car le Pro 14 a beaucoup progressé et est devenu une compétition très valorisante. Mais cette année, Clermont se trouve en réalité dans la peau d’une province irlandaise. Comme ses espoirs de qualification en Top 14 sont très minces et qu’ils n’ont plus à se soucier de la gestion de leur effectif pour jouer sur les deux tableaux, l’ASMCA peut cette saison se permettre d’utiliser le championnat pour mieux préparer la Coupe d’Europe. C’est pourquoi, au vu de leur effectif qui va revenir au meilleur moment, j’en ferais quasiment mon favori, au même titre que le Leinster. »

Sauf que, d’ici là, un nouvel énorme obstacle va se dresser sur la route des Auvergnats, en l’occurrence un Racing 92 bien décidé lui aussi à aller chercher le titre qui lui manque pour définitivement accéder au statut de grand club européen. Alors, dans le sillage de ses cadres enfin de retour (à l’image de la charnière Parra-Lopez), les Jaunards sont-ils capables de faire fi des doutes nés de leur bérézina varoise et de leur manque de repères communs pour faire tomber l’ogre francilien, qui cherchera tout bonnement à le faire exploser en force ? Là réside toute la question, dont la réponse ne paraît pas vraiment couler de source depuis l’absence de réaction constatée à Mayol… Au vrai, ces 80 minutes ne seront pas un simple match, mais détermineront en réalité de l’échec définitif ou non de la saison des Jaunards. Anxiogène, vous dites ?

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?