Quentin Lespiaucq-Brettes : « L’envie de croquer sur les deux tableaux »

  • Quentin Lespiaucq-Brettes : « L’envie de croquer sur les deux tableaux »
    Quentin Lespiaucq-Brettes : « L’envie de croquer sur les deux tableaux »
Publié le , mis à jour

Avant le quart européen face à Paris, et alors que la section est dans le top 6, le jeune béarnais aborde avec appétit les prochaines échéances.

Quentin Lespiaucq-BrettesC’est la septième victoire en huit matchs de la Section. Est-ce que l’objectif que vous vous êtes fixés en début de championnat se rapproche ?

La fin de saison se rapproche donc forcément l’objectif se rapproche. Nous sommes tous conscients de ce qu’il nous reste à accomplir et à valider pour se qualifier. Il y a encore deux matchs à la maison et deux matchs à l’extérieur et il va falloir faire le plein de points pour vraiment espérer quelque chose en fin de saison. Ce qui est sûr c’est que tout le monde est sur la même longueur d’ondes et nous voulons vraiment bien finir. Lors de ces derniers mois passés ensemble, nous avons non seulement bien joué mais nous avons pris du plaisir sur le terrain.

QLB : Vous ne semblez pas douter cette saison. Est-ce que la Section a changé de visage ?

Je pense que tout le monde en a conscience dans l’équipe. Il y a moins d’inquiétude dans les rangs. Nous avons le droit de faire des erreurs, et l’adversaire a aussi le droit de bien jouer. Le plus important à chaque fois c’est de se retrouver dans son jeu et de réussir à proposer ce qui nous caractérise. Puis, l’autre point positif du match face à Oyonnax a été la conquête positive, avec les ballons portés notamment. Peut-être que l’an dernier nous ne l’avions pas. Nous sentons cette saison que nous avons réussi à franchir un cap mental. Il reste quatre matchs en championnat.

QLB : Quelle est la clé pour réussir à rester dans le top 6 ?

La clé c’est de réussir à rester dans du très haut niveau de performance. Il faut gagner les matchs restants et ne pas laisser de points en route. En ce sens, le bonus offensif pris face à Oyonnax est important. Le quart de finale de Challenge Cup face au Stade français arrive.

QLB : Comment l’appréhendez-vous ?

Nous étions très focalisés sur le championnat jusqu’à maintenant. Pour ce qui est du Challenge, nous basculons à partir d’aujourd’hui. L’excitation ne va faire que monter tout au long de la semaine. Pour ma part, je n’ai jamais joué de phases finales et ça me fait terriblement envie. Après, attention car Paris va venir pour s’aérer la tête. Mais, nous sommes à trois matchs d’un potentiel titre, et on ne peut pas se permettre de galvauder ce rendez-vous, surtout en recevant à la maison devant notre public. Le Hameau attend ça depuis plus de dix ans. J’espère qu’on va leur offrir un second tour et une demie.

QLB : Ce n’est pas si facile de jouer sur les deux tableaux, pensez-vous que vous avez les armes pour le faire ?

 Nous avons un effectif plus étoffé que les saisons précédentes avec beaucoup de concurrence à tous les postes. Je ne m’inquiète pas pour ça. Il faut de la fraîcheur mentale et physique mais ça reste un match de rugby. Si nous mettons les ingrédients, nous pouvons faire de belles choses. Le staff a su mettre en confiance les jeunes joueurs et nous sommes très bien entourés avec des joueurs d’expérience. C’est ma troisième saison et mon éclosion a été progressive. Ça apporte de la confiance et ça nous oblige d’être exemplaires lorsque nous démarrons sur la feuille de match. Pour certains c’est la fin de carrière. Et c’est à nous aussi les jeunes d’écrire une page de notre histoire et de celle de la Section. Nous avons envie de continuer et de croquer jusqu’à la fin de la saison sur les deux tableaux. Ce que l’on veut c’est gagner et continuer de rêver un peu plus.

 

Par Enzo Diaz

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?